Fragment Fondement n° 19 / 21  – Papier original : RO 57-3

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Fondement n° 293 p. 121 / C2 : p. 147

Ce texte a aussi été copié dans C1 : A P. R. n° 214 et 215 p. 73 v°-75 / C2 : p. 102

Éditions de Port-Royal : Chap. XVIII - Dessein de Dieu de se cacher aux uns, et de se découvrir aux autres : 1669 et janv. 1670 p. 137 / 1678 n° 1 et 2 p. 136

Édition savante : Sellier 274

 

 

 

[Il a] tempéré sa connaissance en sorte qu’il a donné des marques de soi visibles à ceux qui le cherchent et non à ceux qui ne le cherchent pas.

Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir et assez d’obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire.

 

 

 

Ce fragment a été détaché de A P. R. 2 (A P. R., Pour demain) ; et transféré dans Fondement, dont il énonce l’une des idées essentielles, celle du clair-obscur du monde, qui permet de deviner la présence d’un Dieu caché, mais qui la dissimule aux cœurs mauvais. Ceux qui ne désirent que de voir sont ceux qui recherchent sincèrement la vérité. Pascal expliquera dans la liasse Loi figurative la manière dont l’Écriture satisfait à ces deux caractères, de révéler Dieu à ceux qui le cherchent, sans le montrer de manière évidente à ceux qui ne le cherchent pas.

 

Analyse détaillée...

Fragments connexes

 

Fondement 5 (Laf. 228, Sel. 260). Que disent les prophètes de J.-C.? qu’il sera évidemment Dieu ? non mais qu’il est un Dieu véritablement caché, qu’il sera méconnu, qu’on ne pensera point que ce soit lui, qu’il sera une pierre d’achoppement, à laquelle plusieurs heurteront, etc. Qu’on ne nous reproche donc plus le manque de clarté puisque nous en faisons profession. Mais, dit-on, il y a des obscurités et sans cela on ne serait pas aheurté à J.-C. Et c’est un des desseins formels des prophètes. Excaeca.

Fondement 9 (Laf. 232, Sel. 264). On n’entend rien aux ouvrages de Dieu si on ne prend pour principe qu’il a voulu aveugler les uns et éclaircir les autres.

Fondement 11 (Laf. 234, Sel. 266). Dieu veut plus disposer la volonté que l’esprit, la clarté parfaite servirait à l’esprit et nuirait à la volonté. Abaisser la superbe.

Fondement 12 (Laf. 235, Sel. 267). J.-C. est venu aveugler ceux qui voient clair et donner la vue aux aveugles.

Fondement 13 (Laf. 236, Sel. 268). Aveugler éclaircir. [...] Il y a assez de clarté pour éclairer les élus et assez d’obscurité pour les humilier. Il y a assez d’obscurité pour aveugler les réprouvés et assez de clarté pour les condamner et les rendre inexcusables. [...] Si Dieu n’eût permis qu’une seule religion, elle eût été trop reconnaissable. Mais qu’on y regarde de près, on discerne bien la vraie dans cette confusion.

Fondement 14 (Laf. 237, Sel. 269). Si J.-C. n’était venu que pour sanctifier, toute l’Écriture et toutes choses y tendraient et il serait bien aisé de convaincre les infidèles. Si J.-C. n’était venu que pour aveugler toute sa conduite serait confuse.

Fondement 20 (Laf. 242, Sel. 275). Que Dieu s’est voulu cacher. S’il n’y avait qu’une religion Dieu y serait bien manifeste. S’il n’y avait des martyrs qu’en notre religion de même. Dieu étant ainsi caché toute religion qui ne dit pas que Dieu est caché n’est pas véritable, et toute religion qui n’en rend pas la raison n’est pas instruisante. La nôtre fait tout cela. Vere tu es deus absconditus.

Loi figurative 11 (Laf. 255, Sel. 287). Dieu pour rendre le Messie connaissable aux bons et méconnaissable aux méchants l’a fait prédire en cette sorte. Si la manière du Messie eût été prédite clairement il n’y eût point eu d’obscurité même pour les méchants. Si le temps eût été prédit obscurément il y eût eu obscurité même pour les bons [car la bonté de leur cœur] ne leur eût pas fait entendre que par exemple le mem signifie 600 ans. Mais le temps a été prédit clairement et la manière en figures. Par ce moyen les méchants prenant les biens promis pour matériels s’égarent malgré le temps prédit clairement et les bons ne s’égarent pas.

Preuves par discours III (Laf. 446, Sel. 690). S’il n’y avait point d’obscurité, l’homme ne sentirait point sa corruption ; s’il n’y avait point de lumière, l’homme n’espérerait point de remède. Ainsi il est non seulement juste, mais utile pour nous que Dieu soit caché en partie, et découvert en partie, puisqu’il est également dangereux à l’homme de connaître Dieu sans connaître sa misère, et de connaître sa misère sans connaître Dieu.

Preuves par les Juifs VI (Laf. 461, Sel. 700). Le monde subsiste pour exercer miséricorde et jugement, non pas comme si les hommes y étaient sortant des mains de Dieu, mais comme des ennemis de Dieu auxquels il donne, par grâce, assez de lumière pour revenir, s’ils le veulent chercher et le suivre, mais pour les punir, s’ils refusent de le chercher ou de le suivre.

 

Mots-clés : Chercher Connaissance Contraire Désirer DispositionLumièreMarque Obscurité TempérerVue.