Dossier thématique : Montaigne

 

 

Le rapport complexe de Pascal avec Montaigne a fait l’objet de nombreuses études, liées à l’interprétation, qui remonte à Victor Cousin, de la pensée de Pascal comme philosophie sceptique inspirée de Montaigne.

Pascal lisait Montaigne dans l’édition des Essais de Paris, A. Courbé, 1652 (cette édition est disponible sur internet). C’est à elle que se rapportent les références qui figurent dans certains fragments des Pensées. On trouvera aisément les fragments que Pascal a consacrés à Montaigne dans les Pensées grâce au moteur de recherche de notre édition (mot recherché : Montaigne). Pour les compléter, il faut se rapporter à l’éloge que Pascal fait de Montaigne comme maître en l’art de conférer dans De l’esprit géométrique, OC III, éd. J. Mesnard, p. 423, ainsi qu’à l’Entretien avec M. de Sacy.

Pascal déclare dans L’esprit géométrique son admiration pour « l’incomparable auteur de L’art de conférer ». Il estime en Montaigne l’honnête homme soucieux d’un vrai contact avec son lecteur, sa manière d’écrire toute composée de pensées nées sur les entretiens ordinaires de la vie (Laf. 745, Sel. 618), passant de sujet en sujet pour éviter la raideur philosophique. C’est ce naturel qui fait que, comme en convient Pascal dans le fragment (Laf. 689, Sel. 568), ce n’est pas dans Montaigne mais dans moi que je trouve tout ce que j’y vois. Bref, ce que Montaigne a de bon ne peut être acquis que difficilement (Laf. 649, Sel. 534).

Mais de cet éloge même découle le reproche de parler trop de soi : Le sot projet qu’il a eu de se peindre (Laf. 780, Sel. 644) : c’est en effet sur ce point que les Essais s’écartent de la règle de discrétion essentielle chez l’honnête homme.

Montaigne est selon L’entretien avec M. de Sacy, le philosophe qui a le mieux sondé la faiblesse humaine. Laissant à part la foi pour considérer l’homme « destitué de toute révélation », il met « toutes choses dans un doute si universel, et si général, que ce doute s’emporte lui-même, c’est-à-dire s’il doute » : Montaigne n’affirme même pas qu’il ne sait rien, il s’arrête à l’interrogation « que sais-je ? » Ce doute radical tombe sur tout, science, morale, métaphysique, et montre partout l’impuissance de l’homme à trouver la vérité. Pascal s’en inspire directement dans un fragment comme Vanité 31 (Laf. 44, Sel. 78) sur l’imagination.

Le doute éternel auquel Montaigne s’abandonne débouche sur une morale quasi païenne, une sorte d’épicurisme modéré, une éthique « naïve, familière, plaisante, enjouée et pour ainsi dire folâtre », qui consiste à suivre ce qui charme et à vivre « mollement dans le sein de l’oisiveté tranquille ». Pascal accepte difficilement que, ne songeant qu’à mourir lâchement et mollement par tout son livre, Montaigne inspire une nonchalance du salut, sans crainte et sans repentir (Laf. 680, Sel. 559). Il diagnostique une forme raffinée de libido sentiendi. Jean Mesnard, Les Pensées de Pascal, p. 135 sq., marque aussi les points sur lesquels le portrait que Pascal fait du libertin s’inspire sur certains points de Montaigne.

Dans son Rapport à l’Académie (1842), Victor Cousin a présenté la pensée philosophique de Pascal comme celle d’un sceptique qui aurait mis Montaigne en système. Sa thèse a été efficacement discutée par Édouard Droz dans son Étude sur le scepticisme de Pascal considéré dans le livre des Pensées, Pari, Alcan, 1886. Cependant l’interprétation des Pensées comme œuvre sceptique a retrouvé un certain crédit avec le renouveau des études sur le courant libertin depuis quelques années.

Cependant Pascal emprunte souvent à Montaigne des passages qui lui permettent d’exprimer une position marquée par la demi-habileté : dans Raisons des effets 8 (Laf. 89, Sel. 123) par exemple, il remarque que Montaigne n’est pas toujours capable de saisir la raison profonde de certains phénomènes sociaux : Cela est admirable : on ne veut pas que j’honore un homme vêtu de brocatelle et suivi de sept ou huit laquais. Et quoi ! il me fera donner les étrivières si je ne le salue. Cet habit c’est une force. C’est bien de même qu’un cheval bien enharnaché à l’égard d’un autre. Montaigne est plaisant de ne pas voir quelle différence il y a et d’admirer qu’on y en trouve et d’en demander la raison. De vrai, dit-il, d’où vient, etc.

Cependant Pascal se sert de cette même remarque de Montaigne pour passer au point de vue de l’habile : même lorsqu’il a manqué d’aller jusqu’au fond des choses (comme cela arrive du reste aussi à saint Augustin, selon le fragment Laf. 577, Sel. 480, Montaigne demeure l’animateur de la pensée de Pascal.

 

Bibliographie sur Montaigne et Pascal

 

BÉDIER J., Études critiques. Établissement d’un texte critique de l’Entretien de Pascal avec M. de Saci, Paris, Colin, 1903.

COURCELLE Pierre, L’Entretien de Pascal et Sacy : ses sources et ses énigmes, Paris, Vrin, 1960.

FONTAINE Nicolas, Mémoires ou histoire des Solitaires de Port-Royal, éd. Pascale Thouvenin, Paris, Champion, 2001.

PASCAL Blaise, Œuvres complètes, IV, éd. Brunschvicg, Boutroux et Gazier, Paris, Hachette, 1929, p. 23 sq. (Entretien avec M. de Sacy), et IX, p. 483 sq. (pour De l’esprit géométrique).

PASCAL Blaise, Œuvres complètes, éd. Jean Mesnard, III, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 76-157 (Entretien avec M. de Sacy) et p. 423 (pour De l’esprit géométrique).

PASCAL Blaise, Entretien avec M. de Sacy, Original inédit présenté par Pascale Mengotti et Jean Mesnard, Les Carnets, Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

 

Études principales

 

BRUNSCHVICG Léon, Descartes et Pascal lecteurs de Montaigne, New York-Paris, Brentano’s, 1944.

COUSIN Victor, Rapport à l’Académie, in Œuvres de M. Victor Cousin, Quatrième série, Littérature, tome I, Paris, Pagnerre, 1849.

CROQUETTE Bernard, Pascal et Montaigne. Étude des réminiscences des Essais dans l’œuvre de Pascal, Genève, Droz, 1974.

GIOCANTI Sylvia, Penser l’irrésolution. Montaigne, Pascal, La Mothe Le Vayer : trois itinéraires sceptiques, Paris, Champion, 2001.

MESNARD Jean, Les Pensées de Pascal, Paris, SEDES-CDU, 1993.

MESNARD Jean, “Montaigne maître à écrire de Pascal”, in La culture du XVIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, p. 74-94.

THIROUIN Laurent, “Montaigne, “demi-habile” ? Fonction du recours à Montaigne dans les Pensées”, in MEURILLON Christian (dir.), Pascal, l’exercice de l’esprit, Revue des sciences Humaines, 244, décembre 1996, p. 81-102.

THIROUIN Laurent, “Pascal et l’art de conférer”, Cahiers de l’Association Internationale des Études françaises, n° 40, mai 1988, p.189-218.

 

Pour approfondir

 

ALBALAT A., “Comment il faut lire Montaigne et Pascal”, Revue hebdomadaire, X, 1912, p. 461-482.

ALEXANDRESCU Vlad, Le paradoxe chez Blaise Pascal, Peter Lang, Berne-Berlin-Francfort, 1997.

BARNETT Richard L., Dynamics of détour : codes of indirection in Montaigne, Pascal, Racine, Guilleragues, Tubingen, R. Narr, Paris, J. M. Place, 1986.

BLIN G., “Le sens profond de la critique de Montaigne par Pascal”, Fontaine, 29, 1943, p. 374-379.

BOASE A. M., The fortunes of Montaigne. A history of the Essays in France, 1580-1669, Methuen & co, London, 1935, XL- 464 p.

BODARD R., “Le dialogue Montaigne-Pascal”, Revue générale belge, fév.1948, p. 541-559.

CHAMBERS F. M., “Pascal’s Montaigne”, Publications of the Modern Language Association of America, t. II, 1950, p. 790-804.

CHRISTODOULOU Kyriaki, “Socrate chez Montaigne et Pascal”, Bulletin de la société des amis de Montaigne, janv.-juin 1980, p. 26-29.

COCHRAN Judith Pfan, Entretien de Pascal et Sacy sur Épictète et Montaigne : Montaigne’s influence on the Pascal of 1655, Thèse, Duke University, 1974.

DARBON M. A., “La rencontre de Montaigne et de Pascal”, Actes de l’Académie de Bordeaux, IX, 1932, p. 322-331.

DELBET P., “Montaigne et Pascal”, Le caractère de Pascal, P. Caillet, Bésenaz, 1947, 376 p., p. 228-247.

DROZ Édouard, Essai sur le scepticisme de Pascal considéré dans le livre des Pensées, Alcan, Paris, 1886.

DUVIARD F., “Pascal a-t-il plagié Montaigne ?”, Revue universitaire, mai-juin 1957, p.146-158.

EMERY L., De Montaigne à Teilhard de Chardin via Pascal et Rousseau, Cahiers libres, Lyon, 1956, 144 p.

FAURE E., Montaigne et ses trois premiers nés (Shakespeare, Cervantès, Pascal), Crès et Cie., Paris, 3e éd., 1926.

FERREYROLLES Gérard, “Mourir avec Pascal”, in Travaux de littérature, Les écrivains devant la mort, XXV, Genève, Droz, 2012, p. 127-138.

FRIEDENTHAL Richard, Entdecker des Ich : Montaigne, Pascal, Diderot, München, Piper, 1969.

FUMAROLI Marc, “De Montaigne à Pascal : les humanités, la science moderne et la foi”, II, Commentaire, 112, 2005-2006, p. 967-976.

GLAUSER Alfred, “Montaigne et le roseau pensant”, Romanic reveiw, Nov. 1975, p. 263-268.

GOUNELLE André, L’Entretien de Pascal avec M. de Sacy. Étude et commentaire, Paris, Presses Universitaires de France, 1966.

GROTE J., “Pascal and Montaigne”, The contemporary review, july 1877, p. 285-296.

HELLER Lane M., “Montaigne, Pascal et le thème : à petite cause, grands effets”, Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, n° 27-28, juillet-décembre 1978.

HELLER Lane M., “La correction fraternelle à propos de quatre lignes du pari de Pascal rapprochées d’un passage des Essais de Montaigne”, XVIIe siècle, n° 83, 1969, p. 17-24.

KUHN F., “Montaigne et Pascal”, Revue chrétienne, 1866, p.139-145.

LAFUMA Louis, “Éclaircissement d’une référence pascalienne à Montaigne”, Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, n° 11-12, 3e série, juill.-déc. 1959, p. 44-46.

LAMANDE A., “De Montaigne à Pascal”, Les Entretiens des Amis de Pascal, VII, n° 23, mai-juin 1930, p.148-152.

LE GUERN Michel, L’image dans l’œuvre de Pascal, Paris, Klincksieck, 1983.

MAEDA Yoichi, Les arguments apologétiques chez Montaigne et chez Pascal. Étude sur les rapports entre l’Apologie de Raymond Sebond et les Pensées, thèse dactylographiée, IV-483 p.

MAEDA Yoichi, “L’Entretien avec M. de Sacy”, in Écrits sur Pascal, Paris, éditions du Luxembourg, 1959, p. 11-19.

MAEDA Yoichi, “Étude sur les rapports de l’Apologie de Raymond Sebond et les Pensées”, Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, 17-18, janvier-juin 1961, p. 28-39.

MAGNARD Pierre, “Pascal censeur de Montaigne”, Pascal et la question de l’homme, XVIIe Siècle, n° 185, octobre-décembre 1994, p. 615-638.

MAIERHOFER Martina. Zur Genealogie des Imaginären : Montaigne, Pascal, Rousseau,Tübingen, Günter Narr, Romanica Monacensia, 64, 2003.

MAUREVERT G., “Montaigne et Pascal ou comment on pille jusqu’aux dieux”, Le livre des plagiats, Fayard, Paris, sd., 320 p.

McKENNA Antony, Entre Descartes et Gassendi. La première édition des Pensées de Pascal, Paris et Oxford, Universitas et Voltaire Foundation, 1993.

McKENNA Antony, “Les Pensées de Pascal : une ébauche d’apologie sceptique”, in MOREAU Pierre-François (dir.), Le retour des philosophies antiques à l’âge classique, II, Le scepticisme au XVIe et au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2001, p. 348-361.

MESNARD Jean, “De la diversion au divertissement”, Mémorial du premier congrès international des études montaignistes, Taffard, Bordeaux, 1964, p. 123-128.

MESNARD Jean, “Pascal et Montaigne. Deux arts d’écrire et leur rapport”, Spicilegio moderno, Letteratura, Lingue, Idee, n° 15-16, 1981, p. 14-38.

PARMENTIER Bérengère, Le siècle des moralistes, Paris, Seuil, 2000.

PAVLOVITS Tamás, “Pascal et Montaigne : deux apologistes modernes”, in ELMARSAFY Ziad, Philosophies of Classical France. Philosophies au siècle classique, Romanice 14, Weidler Buchverlag, 2001, p. 1261-182.

PAVLOVITS Tamás, Le rationalisme de Pascal, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2007, p. 68-76.

PERES André, “L’État chez Montaigne, La Boétie, Pascal”, FERREYROLLES Gérard (dir.), Justice et force. Politiques au temps de Pascal, Actes du colloque de Clermont-Ferrand, 20-23 septembre 1990, Klincksieck, Paris, 1996, 384 p., p. 71-82.

PETIT L., “Le chevalier de Méré introducteur de Pascal aux Essais de Montaigne”, Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, n° 16 (3e série), octobre-décembre. 1960, p. 42-58.

PHILIPS Henry, “Pascal’s reading and the inheritance of Montaigne and Descartes”, in HAMMOND Nicholas (dir.), The Cambridge companion to Pascal, Cambridge, 2003, p. 20-39.

REGUIG Delphine, “Réécrire Montaigne au XVIIe siècle : remarques sur les enjeux de l’imitation linguistique des Essais”, in Réécritures, Littératures classiques, 74, 2011, p. 49-69.

RENART F., “Montaigne et Pascal”, in Zigzags dans les parterres de Montaigne, Lacoste, Paris, 1951, 252 p., p. 173-202.

SCHOLAR Richard, “La force de l’imagination de Montaigne : Camus, Malebranche, Pascal”, L’imagination au XVIIe siècle, Littératures classiques, n° 45, printemps 2002, Paris, Champion, 2002, p. 127-138.

SEDLEY David, “Irony and the vacuum in Pascal and Montaigne”, in LEUSHUIS Reiner et ZALLOUA ZAHI (dir.), Esprit généreux, esprit pantagruélicque ; essays by his students in honor of François Rigolot, Genève, Droz, 2008, p. 279-297.

SELLIER Philippe, “Un fragment axial des Pensées de Pascal : l’Entretien sur Épictète et Montaigne”, Il confronto letterario, n° 39, 2003, p. 15-26; repris in Port-Royal et la littérature, I, Pascal, 2e éd., Paris, Champion, 2010, p. 141-156.

SELLIER Philippe, “Pascal et Montaigne : le filtre augustinien”, in BEHRENS Rudolf, GIPPER Andreas, MELLINGHOFF-BOURGERIE Viviane (dir.), Croisements d’anthropologies. Pascals Pensées im Geflecht der Anthropologien, Universitätvelag, Heidelberg, 2005, p. 3-16.

SÈVE Bernard, “Le « génie tout libre » de « l’incomparable auteur de l’Art de conférer »”, Pascal a-t-il écrit les Pensées ?, Littératures, Presses universitaires du Mirail, 55, 2007, p. 93-110.

STROWSKI Fortunat, Histoire du sentiment religieux en France au XVIIe siècle. Pascal et son temps, Plon, Paris, 1907-1908, 3 volumes ; voir le t. I, De Montaigne à Pascal.

SUSINI Laurent, “Pascal, Montaigne et la Bible. Un faux pastiche peut en cacher un vrai”, in Réécritures, Littératures classiques, 74, 2011, p. 91-106.

TETEL Marcel, “Conscience chez Montaigne et Pascal”, Studi e recerche di letteratura francese, Rome, 1975, p. 9-35.

THIROUIN Laurent, “L’art de conférer. Pascal et Montaigne”, L’Âne, n° 54-55, été 1993, p. 46-50.

THIROUIN Laurent, “Montaigne, “demi-habile” ? Fonction du recours à Montaigne dans les Pensées”, in MEURILLON Christian (dir.), Pascal, l’exercice de l’esprit, Revue des sciences Humaines, 244, décembre 1996, p. 81-102.

TROOZ Charles de, “Montaigne et Pascal”, Ausonia, XIV, 1959, p. 244-247.

ULHIR Antoine, “Montaigne et Pascal”, Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1907, p. 442-454.

 

Noter qu’il est possible d’effectuer certains recoupements entre Pascal et Montaigne en s’aidant du livre de Hugo Friedrich sur Montaigne, Paris, NRF, Gallimard, 1968, quoique les allusions à Pascal y soient rares.