Fragment Morale chrétienne n° 17 / 25  – Papier original : RO 197-3

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Morale n° 364 p. 179 v° / C2 : p. 212-213

Éditions de Port-Royal : Chap. XXVIII - Pensées chrestiennes : 1669 et janvier 1670 p. 243-244  / 1678

n° 12 p. 235-236

Éditions savantes : Faugère II, 370, XXXII / Havet XXIV.14 / Brunschvicg 672 / Tourneur p. 292-5 / Le Guern 348 / Lafuma 367 / Sellier 400

 

 

 

Point formaliste.

 

Quand saint Pierre et les apôtres délibèrent d’abolir la circoncision où il s’agissait d’agir contre la loi de Dieu, Ils ne consultent point les prophètes, mais simplement la réception du Saint‑Esprit en la personne des incirconcis.

Ils jugent plus sûr que Dieu approuve ceux qu’il remplit de son esprit que non pas qu’il faille observer la loi.

-------

Ils savaient que la fin de la loi n’était que le Saint-Esprit et qu’ainsi, puisqu’on l’avait bien sans circoncision, elle n’était pas nécessaire.

 

 

La morale chrétienne n’est point formaliste. Ce fragment montre que, dès les origines du christianisme, il a été nécessaire aux apôtres de s’élever contre la superstition et le formalisme qui, notamment chez les Juifs, s’attachaient aux cérémonies. L’exemple de l’abolition de la circoncision permet de voir que si l’humilité chrétienne exige que l’on ne rejette pas sans précaution les cérémonies établies, lorsque l’Esprit Saint parle, la véritable soumission consiste à lui obéir.

 

Analyse détaillée...

Fragments connexes

 

Loi figurative 23 (Laf. 268, Sel. 299). Circoncision du cœur, vrai jeûne, vrai sacrifice, vrai temple. Les prophètes ont indiqué qu’il fallait que tout cela fût spirituel.

Loi figurative 25 (Laf. 270, Sel. 301). Que la circoncision du corps était inutile, mais qu’il fallait celle du cœur.

Perpétuité 1 (Laf. 279, Sel. 311). Un mot de David ou de Moïse, comme que Dieu circoncira leur cœur fait juger de leur esprit. Que tous leurs autres discours soient équivoques et douteux d’être philosophes ou chrétiens, enfin un mot de cette nature détermine tous les autres comme un mot d’Épictète détermine tout le reste au contraire. Jusque-là l’ambiguïté dure et non pas après.

Perpétuité 10 (Laf. 288, Sel. 320). Moïse, Deut. 30, promet que Dieu circoncira leur cœur pour les rendre capables de l’aimer.

Preuves par les Juifs III (Laf. 453, Sel. 693). Pour montrer que les vrais juifs et les vrais chrétiens n’ont qu’une même religion.

La religion des juifs semblait consister essentiellement en la paternité d’Abraham, en la circoncision, aux sacrifices, aux cérémonies, en l’arche, au temple, en Jérusalem, et enfin en la loi et en l’alliance de Moïse.

Je dis qu’elle ne consistait en aucune de ces choses, mais seulement en l’amour de Dieu et que Dieu réprouvait, toutes les autres choses.

[...] La circoncision n’était qu’un signe. Gen. 17. 11.

[...] Que la circoncision du cœur est ordonnée.

[...] Que les incirconcis de cœur seront jugés.

[...] Que l’extérieur ne sert à rien sans l’intérieur.

Prophéties VIII (Laf. 503, Sel. 738). Il nous a donc appris enfin que toutes ces choses n’étaient que figures et ce que c’est que vraiment libre, vrai Israélite, vraie circoncision, vrai pain du ciel, etc.

 

Mots-clés : ApôtresCirconcisionDélibérerDieuFinFormalisteLoiPierreProphèteSaint-EspritSûr.