Fragment Prophéties n° 3 / 27  – Papier original : RO 197-4

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Prophéties n° 352 p. 165 / C2 : p. 197

Éditions de Port-Royal : Chap. XV - Preuves de Jésus-Christ par les prophéties : 1669 et janvier 1670 p. 119  / 1678 n° 6 p. 118-119

Éditions savantes : Faugère II, 275, XV / Havet XVIII.10 / Brunschvicg 733 / Tourneur p. 283-2 / Le Guern 306 / Lafuma 325 / Sellier 356

______________________________________________________________________________________

 

 

Bibliographie

 

 

ERNST Pol, Approches pascaliennes, Gembloux, Duculot, 1970, p. 466.

 

 

Éclaircissements

 

Qu’il enseignerait aux hommes la voie parfaite.

 

Voir le dossier thématique sur Jésus-Christ.

Jean, XIV, 6. « Dicit ei Jesus : Ego sum via, et veritas, et vita : nemo venit ad Patrem, nisi per me » ; « Jésus lui dit : Je suis la voie, la vérité et la vie : personne ne vient au Père que par moi ».

Qu’il enseignerait aux hommes la voie parfaite : Isaïe, II, 3. « Et ibunt populi multi, et dicent : Venite et ascendamus ad montem Domini et ad domum Dei Iacob ; et docebit nos vias suas et ambulabimus in semitis ejus quia de Sion exibit lex, et verbum Domini de Hierusalem » ; « Et plusieurs peuples y viendront, en disant : Allons, montons à la montagne du Seigneur, et à la maison du Dieu de Jacob : il nous enseignera ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers, parce que la loi sortira de Sion, et la parole du Seigneur, de Jérusalem » (tr. de la Bible de Port-Royal).

La même formule se retrouve dans le fragment Prophéties V (Laf. 487, Sel. 734). Pendant la durée du Messie. [...] Il doit enseigner la voie parfaite et être le précepteur des gentils. Is. 55/42, 1-7.

Les références citées dans ce dernier fragment sont les suivantes :

Isaïe, LV, 9. « Quia sicut exaltantur caeli a terra, sic exaltae sunt viae meae a vitiis vestris, et cogitationes meae a congitationibus vestris » ; « Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées » (tr. de la Bible de Port-Royal).

Isaïe, XLII, 1-7. « Ecce servus meus, suscipiam eum : electus meurs, complacuit sibi in illa anima mea : dedi spiritum meum siuper eum, judicium gentibus proferet. 2. Non clamabit, neque accipiet personam, nec audietur vox ejus foris. 3. Calamum quassatum non conteret, et linum fumigans non extinguet ; in veritate educet judicium. 4. Non erit tristis, neque turbulentus, donec ponat in terra judicium ; et legem ejus insulae expectabunt 5. Haec dicit Dominus Deus, creans caelos, et extendens eos : firmans terram, et quae germinant ex ea : dans flatum populo, qui est super eam, et spiritum calcantibus eam. 6. Ego Dominus vocavi te in justitia, et apprehendi manum tuam, et servavi te. Et ddi te in foedus populi, in lucem gentium : 7. Ut apertes oculos caecorum, et educeres de conclusione vinctum, de domo carceris sedentes in tenebris » ; « 1. Voici mon serviteur dont je prendrai la défense ; voici mon élu dans lequel mon âme a mis toute son affection : j’ai répandu mon Esprit sur lui, et il rendra la justice aux nations. 2. Il ne criera point, il n’aura point d’égard aux personnes, et on n’entendra point sa voix dans les rues. 3. Il ne brisera point le roseau cassé, et il n’éteindra point la mèche qui fume encore : il jugera dans la vérité. 4. Il ne sera point triste, ni précipité, jusqu’à ce qu’il exerce son jugement sur la terre ; et les nations attendront sa loi. 5. Voici ce que dit le Seigneur notre Dieu, qui a créé et qui a étendu les cieux ; qui a affermi la terre, et qui en a fait sortir toutes les plantes : qui donne le souffle et la respiration au peuple qui la remplit, et la vie à ceux qui marchent. 6. Je suis le Seigneur qui vous ai appelé dans la justice, qui vous ai pris par la main, et vous ai conservé, qui vous ai établi pour être le réconciliateur du peuple et la lumière des nations ; 7. pour ouvrir les yeux des aveugles, pour tirer des fers ceux qui étaient enchaînés, et pour faire sortir de prison ceux qui étaient assis dans les ténèbres » (Tr. de la Bible de Port-Royal).

Le commentaire de la Bible de Port-Royal souligne que ces textes d’Isaïe doivent s’entendre du Christ : « Voici mon serviteur sur qui je me reposerai. Le Saint Esprit a voulu être lui-même l’interprète de ces paroles ; et c’est lui qui parlant pat la bouche de saint Matthieu, les applique dans l’Évangile à la personne de Jésus-Christ. Il est aisé de voir que ce que dit ici le prophète lui convient parfaitement : car c’est lui qui est le chef des élus, et en qui son Père a mis toute son affection, selon qu’il l’a déclaré lui-même. Il a répandu sur lui la plénitude de son Esprit, et non seulement il a rendu justice aux nations, mais il les a rendues justes en les délivrant de la servitude du diable, et en les établissant dans la liberté des enfants de Dieu ».

Fausseté 7 (Laf. 209, Sel. 242). Enfin cela est si contraire que si Mahomet a pris la voie de réussir humainement, Jésus-Christ a pris celle de périr humainement et qu’au lieu de conclure que puisque Mahomet a réussi, Jésus-Christ a bien pu réussir, il faut dire que puisque Mahomet a réussi, Jésus-Christ devait périr.

 

Et jamais il n’est venu ni devant ni après aucun homme qui ait enseigné rien de divin approchant de cela.

 

Rien de divin approchant de cela : on peut entendre rien qui touche la divinité qui approche de cela, ou rien qui soit aussi divin que ce qu’a dit le Christ.