Prophéties VII  – Papier original : RO 277-3

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 73 p. 301 à 303  / C2 : p. 523 à 525

Éditions de Port-Royal :

       Chap. X - Juifs : 1669 et janvier 1670 p. 89-90  / 1678 n° 22 p. 89

       Chap. XIV - Jésus-Christ : 1669 et janvier 1670 p. 110-111 / 1678 n° 3 p. 110-111

       Une note a été ajoutée dans l’édition de 1678 : Chap. VIII -Image d’un homme qui s’est lassé de chercher Dieu n° 2 p. 71-72

Éditions savantes : Faugère II, 79, II ; II, 400 ; II, 192 ; II, 189, V (P-R) ; II, 393 ; II, 314 / Havet XXV.27, XV.13, XIV.5 (P-R), XVII.2 / Brunschvicg 439, 721, 714, 641, 630, 715, 792 / Tourneur p. 348 / Le Guern 454 / Lafuma 490 à 499 (série XVIII) / Sellier 736

 

 

 

Nature corrompue.

 

L’homme n’agit point par la raison, qui fait son être.

 

Nous n’avons point de roi que César.

 

Juifs témoins de Dieu. Is., 43, 9 ; 44, 8.

-------

C’est visiblement un peuple fait exprès pour servir de témoin au Messie. Is., 43, 9 ; 44, 8. Il porte les livres et les aime et ne les entend point. Et tout cela est prédit, que les jugements de Dieu leur sont confiés, mais comme un livre scellé.

 

Endurcis leur cœur. Et comment ? En flattant leur concupiscence et leur faisant espérer de l’accomplir.

 

La sincérité des Juifs.

 

Depuis qu’ils n’ont plus de prophètes. Macchabées.

Depuis Jésus-Christ, Massorètes.

Ce livre vous sera en témoignage.

Les lettres défectueuses et finales.

-------

Sincères contre leur honneur et mourant pour cela. Cela n’a point d’exemple dans le monde ni sa racine dans la nature.

 

Prophétie.

 

Votre nom sera en exécration à mes élus et je leur donnerai un autre nom.

 

Prophéties accomplies.

 

3, R., 13, 2.

4, R., 23, 16.

-------

Jos., 6, 26.

3, R., 16, 34.

-------

Deut., 33.

-------

Malach., 1, 11. Le sacrifice des Juifs réprouvé et le sacrifice des païens (même hors de Jérusalem) et en tous les lieux.

-------

Moïse prédit la vocation des gentils avant que de mourir. 32, 21. Et la réprobation des Juifs.

-------

Moïse prédit ce qui doit arriver à chaque tribu.

-------

Prophétie.

 

Amos et Zacharie. Ilsont vendu le juste et pour cela ne seront jamais rappelés.

Jésus-Christ trahi.

On n’aura plus mémoire d’Égypte : voyez Is., 43, 16-17-18-19 ; Jérém., 23, 6-7.

 

Prophétie.

 

Les Juifs seront répandus partout. Is., 27,6.

Loi nouvelle. Jér., 31, 32.

Le second temple glorieux. Jésus-Christ y viendra. Agg., 2, 7-8-9-10 ; Malachie. Grotius.

Vocation des gentils. Joël, 2, 28 ; Osée, 2, 24 ; Deut., 32, 21. Mal., 1, 11.

Quel homme eut jamais plus d’éclat ?

Le peuple juif tout entier le prédit avant sa venue.

Le peuple gentil l’adore après sa venue.

Ces deux peuples, gentil et juif, le regardent comme leur centre.

Et cependant, quel homme jouit jamais moins de cet éclat ? De trente-trois ans il en vit trente sans paraître. Dans trois ans il passe pour un imposteur. Les prêtres et les principaux le rejettent. Ses amis et ses plus proches le méprisent. Enfin il meurt trahi par un des siens, renié par l’autre et abandonné par tous.

Quelle part a-t-il donc à cet éclat ? Jamais homme n’a eu tant d’éclat, jamais homme n’a eu plus d’ignominie. Tout cet éclat n’a servi qu’à nous pour nous le rendre reconnaissable, et il n’en a rien eu pour lui.

 

 

Ce recueil de textes prophétiques a pour principal objet la réprobation prédite des Juifs et la conversion des Gentils. Pascal recherchait systématiquement des textes sur ce sujet. Mais il comporte une partie proprement anthropologique, et s’achève sur un résumé de la vie et de la passion de Jésus-Christ. L’ensemble fournit un intéressant exemple de la manière dont Pascal réunit les éléments appelés à entrer dans des argumentations en cours d’élaboration.

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Vanité 31 (Laf. 44, Sel. 78). Imagination.

C’est cette partie dominante dans l’homme, cette maîtresse d’erreur et de fausseté, et d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours, car elle serait règle infaillible de vérité, si elle l’était infaillible du mensonge. Mais étant le plus souvent fausse elle ne donne aucune marque de sa qualité marquant du même caractère le vrai et le faux.

Commencement 1 (Laf. 150, Sel. 183). Les impies qui font profession de suivre la raison doivent être étrangement forts en raison.

Que disent-ils donc ?

Ne voyons-nous pas, disent-ils, mourir et vivre les bêtes comme les hommes, et les Turcs comme les chrétiens ; ils ont leurs cérémonies, leurs prophètes, leurs docteurs, leurs saints, leurs religieux comme nous, etc.

Cela est-il contraire à l’Ecriture ? ne dit-elle pas tout cela ?

Si vous ne vous souciez guère de savoir la vérité, en voilà assez pour vous laisser en repos. Mais si vous désirez de tout votre cœur de la connaître ce n’est pas assez regardé au détail. C’en serait assez pour une question de philosophie, mais ici où il va de tout...

Et cependant après une réflexion légère de cette sorte on s’amusera, etc.

Loi figurative 27 (Laf. 272, Sel. 303). Figures.

[...] Il n’est pas permis d’attribuer à l’Écriture les sens qu’elle ne nous a pas révélé qu’elle a. Ainsi de dire que le ם d’Isaïe signifie 600 cela n’est pas révélé. Il n’est pas dit que les צ et les ח deficientes signifieraient des mystères. Il n’est donc pas permis de le dire. Et encore moins de dire que c’est la manière de la pierre philosophale. Mais nous disons que le sens littéral n’est pas le vrai parce que les prophètes l’ont dit eux-mêmes.

Preuves de Jésus-Christ 11 (Laf. 308, Sel. 339). Il est bien ridicule de se scandaliser de la bassesse de J.-C., comme si cette bassesse était du même ordre duquel est la grandeur qu’il venait faire paraître.

Qu’on considère cette grandeur-là dans sa vie, dans sa passion, dans son obscurité, dans sa mort, dans l’élection des siens, dans leur abandonnement, dans sa secrète résurrection et dans le reste. On la verra si grande qu’on n’aura pas sujet de se scandaliser d’une bassesse qui n’y est pas.

Prophéties 10 (Laf. 331, Sel. 363). Au temps du Messie ce peuple se partage.

Les spirituels ont embrassé le Messie, les grossiers sont demeurés pour lui servir de témoins.

Prophéties 19 (Laf. 340, Sel. 372). Non habemus regem nisi Caesarem. Donc J.-C. était le Messie puisqu’ils n’avaient plus de roi qu’un étranger et qu’ils n’en voulaient point d’autre.

Dossier de travail (Laf. 384, Sel. 3). Macchabées, depuis qu’ils n’ont plus de prophètes.

Massor depuis Jésus-Christ.

Dossier de travail (Laf. 388, Sel. 7). Jésus-Christ que les deux Testamentsregardent, l’anciencomme son attente le nouveaucomme son modèle, tous deux comme leur centre.

Preuves par discours I (Laf. 423, Sel. 680). Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses.

Preuves par discours II (Laf. 427, Sel. 681). Rien n’est si important à l’homme que son état ; rien ne lui est si redoutable que l’éternité. Et ainsi, qu’il se trouve des hommes indifférents à la perte de leur être et au péril d’une éternité de misères, cela n’est point naturel. Ils sont tout autres à l’égard de toutes les autres choses : ils craignent jusqu’aux plus légères, ils les prévoient, ils les sentent ; et ce même homme qui passe tant de jours et de nuits dans la rage et dans le désespoir pour la perte d’une charge ou pour quelque offense imaginaire à son honneur, c’est celui-là même qui sait qu’il va tout perdre par la mort, sans inquiétude et sans émotion. C’est une chose monstrueuse de voir dans un même cœur et en même temps cette sensibilité pour les moindres choses et cette étrange insensibilité pour les plus grandes.

C’est un enchantement incompréhensible, et un assoupissement surnaturel, qui marque une force toute-puissante qui le cause.

Preuves par discours III (Laf. 449, Sel. 690). Qu’on examine l’ordre du monde sur cela, et qu’on voie si toutes choses ne tendent pas à l’établissement des deux chefs de notre religion : Jésus-Christ est l’objet de tout, et le centre où tout tend. Qui le connaît connaît la raison de toutes choses.

Preuves par les Juifs II (Laf. 452, Sel. 692). Sincérité des Juifs.

Ils portent avec amour et fidélité ce livre où Moïse déclare qu’ils ont été ingrats envers Dieu toute leur vie, qu’il sait qu’ils le seront encore plus après sa mort, mais qu’il appelle le ciel et la terre à témoin contre eux, qu’il le leur a assez.

Il déclare qu’enfin Dieu s’irritant contre eux les dispersera parmi tous les peuples de la terre, que comme ils l’ont irrité en adorant les dieux qui n’étaient point leurs dieux, de même il les provoquera en appelant un peuple qui n’est point son peuple, et veut que toutes ses paroles soient conservées éternellement et que son livre soit mis dans l’arche de l’alliance pour servir à jamais de témoin contre eux.

Prophéties VI (Laf. 489, Sel. 735). Captivité des Juifs sans retour [...].

Prophéties preuve de divinité [...].

Réprobation des Juifs et conversion des Gentils [...].

Réprobation du Temple [...].

Prophéties VIII (Laf. 502, Sel. 738), sur les Juifs témoins non suspects.

Pensées diverses (Laf. 573, Sel. 476). La Synagogue ne périssait point parce qu’elle était la figure.

Mais parce qu’elle n’était que la figure elle est tombée dans la servitude.

Pensées diverses (Laf. 811, Sel. 658). Les deux plus anciens livres du monde sont Moïse et Job.L’un juif l’autre païen qui tous deux regardent Jésus-Christ comme leur centre commun et leur objet, Moïseen rapportant les promesses de Dieu à Abraham, Jacob etc et ses prophéties, et Job. Quis mihi det ut etc Scio enim quod redemptor meus vivit, etc.

 

Mots-clés : AmosCésarCœurConcupiscenceCorruptionDieuÉgypteGentilsHommeJérémie – Jésus-Christ – JuifLettreMacchabéesMalachieMassorètesMoïseNatureProphétieRaisonRéprobationLivreRoiSincéritéTémoinTempleZacharie.