Pensées diverses VI – Fragment n° 5 / 5 – Papier original : RO 163-1

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 175 p. 411 v°-413 / C2 : p. 389-389 v°

Pris en compte dans l’édition de Port-Royal

Éditions savantes : Faugère I, 234, CLXXXII ; I, 253, XXII / Havet XXV.206, 119, 22 ; XXIV.90 bis ; VI.53 / Brunschvicg 310, 41 / Tourneur p. 129-2 / Le Guern 659 / Lafuma 797 et 798 (série XXVIII) / Sellier 650

Au verso : « Obéissance de fantaisie » (Brunschvicg 310 bis)

 

Avertissement : nous précisons entre parenthèses les numéros de l’édition Lafuma.

 

 

Roi, et tyran.

-------

J’aurai aussi mes pensées de derrière la tête.

Je prendrai garde à chaque voyage.

-------

Grandeur d’établissement, respect d’établissement.

-------

Le plaisir des Grands est de pouvoir faire des heureux.

-------

Le propre de la richesse est d’être donnée libéralement.

-------

Le propre de chaque chose doit être cherché. Le propre de la puissance est de protéger.

-------

Quand la grimace force attaque la grimace, quand un simple soldat fait voler par prend le bonnet carré d’un premier président et le fait voler par la fenêtre. (797)

-------

Épigrammes de Martial.

 

L’homme aime la malignité mais ce n’est pas contre les borgnes, ou les malheureux, mais contre les heureux superbes. On se trompe autrement, car la concupiscence est la source de tous nos mouvements, et l’humanité,

-------

Il faut plaire à ceux qui ont les sentiments humains et tendres.

-------

Celle des deux borgnes ne vaut rien, car elle ne les console pas et ne fait que donner une pointe à la gloire de l’auteur.

Tout ce qui n’est que pour l’auteur ne vaut rien.

Ambitiosa recidet ornamenta. (798)

 

 

 

Ce fragment n’est pas encore analysé.