Pensées de Blaise Pascal

    

 

Dossier thématique : Saint Augustin

 

 

On connaît bien, depuis la publication par Philippe Sellier de sa thèse Pascal et saint Augustin, l’influence profonde que le « docteur de la grâce » eut sur Blaise Pascal.

Né à Thagaste en Afrique et mort en 430 à Hippone, Aurelius Augustinus est l’un des Pères de l’Église. Au premier abord, rien ne le désignait pour devenir le grand défenseur de la grâce dans la théologie chrétienne. Il commence une carrière de professeur de rhétorique et d’éloquence à Carthage, avant de partir enseigner à Rome, puis à Milan. Sa mère Monique est fermement décidée à le ramener au christianisme, mais il cherche ailleurs ses sources d’inspiration : pendant plusieurs années, il est d’abord tenté par la pensée manichéenne. La lecture des philosophes néoplatoniciens, l’influence de sa mère, et surtout la rencontre d’Ambroise de Milan le font revenir au christianisme en 386. Baptisé, il est consacré prêtre bien malgré lui, puis se trouve choisi comme évêque d’Hippone.

Dans cette nouvelle condition, il met au service de la défense du catholicisme son éloquence exceptionnelle. Il polémique contre ses anciens coreligionnaires manichéens, contre les donatistes, mais sa grande affaire est la lutte contre les pélagiens, dirigés par le moine Pélage et par l’évêque Julien d’Éclane. Le nœud de cette dernière polémique se trouve dans l’opposition entre Pélage, qui affirme que le péché originel n’a pas profondément taré la nature de l’homme, de sorte celui-ci demeure en mesure d’accomplir les commandements de Dieu par les seules forces de sa nature. Augustin au contraire tient que la faute d’Adam a profondément blessé le cœur de l’homme, si bien que la concupiscence l’entraîne infailliblement (mais non nécessairement) à céder à trouver sa délectation dans le mal. Par suite, l’accomplissement des commandements nécessite que Dieu accorde à l’homme une grâce plus puissante que la tendance qui l’entraîne au mal. Cette grâce, dite efficace en ce sens que sa puissance souveraine atteint toujours le but pour lequel elle a été donnée, elle ne supprime pas pour autant l’efficacité de la volonté de l’homme, engendre dans la volonté une délectation qui la conduit à accomplir librement le bien. En revanche, la cessation de cette grâce peut intervenir à tout moment, laissant cette volonté retomber sous le joug de la concupiscence. Les ouvrages composés par saint Augustin contre Pélage et ses disciples ont été publiés avec une excellente annotation dans les volumes des Œuvres de saint Augustin procurés par l’Institut d’Études augustiniennes (voir la bibliographie).

Les ouvrages antipélagiens d’Augustin ont inspiré à Cornelius Jansénius un gros livre intitulé Augustinus (1640), ample exposé de la doctrine du docteur de la grâce. Cet ouvrage suscita les controverses auxquelles Pascal participa avec les Provinciales et les Écrits sur la grâce.

Dans d’autres domaines, saint Augustin a produit des livres dont la lecture, intéressante par elle-même, est aussi indispensable à la compréhension approfondie des œuvres de Pascal.

Le De doctrina christiana (De la doctrine chrétienne) pose les bases essentielles de la méthode de lecture et d’interprétation des Écritures. Pascal s’en est inspiré notamment dans la liasse Loi figurative des Pensées.

Les Confessions figurent aussi parmi les lectures qui l’ont profondément marqué.

Mérite aussi la lecture le monumental De civitate Dei (La cité de Dieu), dans lequel Augustin oppose la cité terrestre incarnée par l’empire de Rome fondé sur l’orgueil, à la Cité de Dieu fondée sur la charité et l’amour de Dieu.

 

Bibliographie

 

La bibliographie augustinienne est trop abondante pour être présentée intégralement ici. Nous proposons ci-dessous une brève liste d’ouvrages permettant d’aborder la vie et l’œuvre du docteur de la grâce, et son influence sur Pascal.

 

Biographies et contexte historique

 

BROWN Peter, La vie de saint Augustin, Paris, Seuil, 2001.

LANCEL Serge, Saint Augustin, Paris, Fayard, 1999.

MARAVAL Pierre, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

 

Études

 

GILSON Étienne, Introduction à l’étude de saint Augustin, Paris, Vrin, 1943.

MANDOUZE André, Saint Augustin, l’aventure de la raison et de la grâce, Paris, Études augustiniennes, 1968.

MARROU Henri-Irénée, Saint Augustin et l’augustinisme, coll. Maîtres spirituels, Paris, Seuil, 1980.

HOMBERT P.-M., Gloria Gratiae. Se glorifier en Dieu, principe et fin de la théologie augustinienne de la grâce, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1996.

Pour fixer les idées sur divers points particuliers, on peut recourir à FITZGERALD Allan D. (dir), Encyclopédie saint Augustin. La Méditerranée et l’Europe, IVe-XXIe siècle, Paris, Cerf, 2005.

 

Œuvres de saint Augustin susceptibles d’éclairer l’œuvre de Pascal

 

Les ouvrages publiés par les l’Institut d’Études augustiniennes constituent un ensemble d’éditions indispensables, assorties de notes très utiles.

 

a. Autobiographie

 

Saint AUGUSTIN, Les confessions, Œuvres de saint Augustin, 13 et 14, Bibliothèque augustinienne, Paris, Desclée de Brouwer, 1962.

Les Confessions ont aussi été éditées dans la collection Folio, dans la traduction d’Arnauld d’Andilly. La collection de la Pléiade a publié plusieurs volumes de saint Augustin, notamment les Confessions et La cité de Dieu.

 

b. Exégèse scripturaire

 

Saint AUGUSTIN, La doctrine chrétienne (De doctrina christiana), Œuvres, 11/2, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 1997. Essentiel pour la compréhension de la méthode d’interprétation de Pascal.

Saint AUGUSTIN, La Genèse au sens littéral, Œuvres, 48-49, Paris, Desclée de Brouwer, 1972.

Saint AUGUSTIN, Les commentaires des Psaumes, Ps 118, Œuvres 67/A(Sermons 1-14) et 67/B (Sermons 15-32), Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2016 et 2017. Sur le psaume préféré de Blaise Pascal.

 

c. Écrits antipélagiens

 

Saint AUGUSTIN, La crise pélagienne I : Epistula ad Hilarium syracusanum, De perfectione justitiae hominis, De natura et gratia, De gestis Pelagii, Œuvres, 21, Paris, Desclée de Brouwer, 1966.

Saint AUGUSTIN, La crise pélagienne II : De gratia Christi et de peccato originali libri II, De natura et origine animae libri IV, Œuvres, 22, Paris, Desclée de Brouwer, 1975.

Saint AUGUSTIN, Premières polémiques contre Julien : De nuptiis et concupiscentia, Contra duas epistulas pelagianorum, Œuvres, 23, Paris, Desclée de Brouwer, 1974.

Saint AUGUSTIN, Aux moines d’Adrumète et de Provence : De gratia et libero arbitrio, De correptione et gratia, De praedestinatione sanctorum, De dono perseverantiae, Œuvres, 24, Paris Desclée de Brouwer, 1962.

Saint AUGUSTIN, Premières réactions antipélagiennes I : Salaire et pardon des péchés, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2010.

Saint AUGUSTIN, Premières réactions antipélagiennes II : La grâce de la nouvelle alliance, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2016.

 

Études sur l’influence de saint Augustin sur le XVIIe siècle français

 

DE LUBAC Henri, Augustinisme et théologie moderne, Paris, Aubier, 1965.

FERREYROLLES Gérard, L’influence de la conception augustinienne de l’histoire au XVIIe siècle”, XVIIe Siècle, n° 135, avril-juin 1982, p. 216-241.

FERREYROLLES Gérard, L’augustinisme dans la vie intellectuelle française au XVIIe siècle”, Quaderni Leif, 1, juillet-septembre 2006, p. 7-36.

Le siècle de saint Augustin, XVIIe siècle, n° 135, avril-juin 1982. Riche ensemble d’études.

SELLIER Philippe, Port-Royal et la littérature, II, 2e éd., Paris, Champion, 2012. Sur le rapport entre Augustin et le XVIIe siècle.

STIKER-MÉTRAL Charles-Olivier, Narcisse contrarié. L’amour propre dans le discours moral en France (1650-1715), Paris, Champion, 2007.

 

Pascal et saint Augustin

 

COURCELLE Pierre, De saint Augustin à Pascal par Sacy”, in Pascal présent, 1662-1962, Clermont-Ferrand, De Bussac, 1963, p. 133-146.

FERREYROLLES Gérard, “Redécouvrir Pascal et saint Augustin”, XVIIe Siècle, avril-juin 1996, n° 191, p. 317-320.

MESNARD Jean, Introduction aux Écrits sur la grâce, Œuvres complètes de Pascal, III, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 487-641.

MICHEL Alain, “Saint Augustin et la rhétorique pascalienne : la raison et la beauté dans l’Apologie de la Religion chrétienne”, XVIIe Siècle, n° 135, 1982, p. 133-148.

MIEL Jan, Pascal and theology, Baltimore and London, The John Hopkins Press, 1969.

PÉCHARMAN Martine, “Les Écrits sur la grâce, ou de la bonne manière d’être augustinien”, Seventeenth-century french studies, XXXV, 2, 2013, p. 106-115.

REGUIG-NAYA Delphine, Le corps des idées. Pensées et poétiques du langage dans l’augustinisme de Port-Royal. Arnauld, Nicole, Pascal, Mme de La Fayette, Racine, Paris, Champion, 2007.

SELLIER Philippe, Pascal et saint Augustin, Paris, Colin, 1970. Ouvrage de base, qui a donné lieu à un ample mouvement d’études subséquentes. L’ouvrage a été republié en format de poche chez Albin Michel, 1995.

SELLIER Philippe, Port-Royal et la littérature, I, Pascal, Paris, Champion, 2010.

SELLIER Philippe, Le Saint Augustin de Pascal, Rivista di storia e letteratura religiosa, Firenze, L. S. Olschki, 2009, p. 359-371.

SELLIER Philippe, Pascal et le Contre Fauste”, in Bochet Isabelle (dir.), Augustin philosophe et prédicateur, Hommage à Goulven Madec, Coll. Études augustiniennes, Série Antiquité, n° 195, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 2012, p. 523-536.

THIROUIN Laurent, La figure de saint Augustin dans les Provinciales, La campagne des Provinciales, Chroniques de Port-Royal, 58, Paris, 2008, p. 225-242.

 

Merci à Pierre Descotes pour ses conseils.