Pensées diverses III – Fragment n° 77 / 85 – Papier original : RO 435-4

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 146 p. 383 / C2 : p. 343

Éditions savantes : Faugère I, 270, XIV / Havet Prov. n° 435 p. 288 / Brunschvicg 922 / Tourneur p. 110-2 / Le Guern 614 / Lafuma 722 (série XXV) / Sellier 603

 

 

 

Probable.

 

Quand il serait vrai que les auteurs graves et les raisons suffiraient, je dis qu’ils ne sont ni graves ni raisonnables.

Quoi ! un mari peut profiter de sa femme, selon Molina ! La raison qu’il en donne est‑elle raisonnable ? Et la contraire de Lessius l’est‑elle encore ?

 

 

Ce fragment présente un plan d’argumentation contre les casuistes en plusieurs points, que Pascal a développés dans plusieurs écrits, et auxquels les notes de Wendrock aux Provinciales ont donné aussi beaucoup d’écho.

L’argument particulier relatif au mari qui tire profit de sa femme n’apparaît dans les Provinciales que sous une forme indirecte.

 

Analyse détaillée...

 

Fragment connexe

 

Laf. 969, Sel. 801. Probable.

Ils raisonnent comme ceux qui montrent qu’il est nuit à midi.

Si d’aussi méchantes raisons que celles-ci sont probables, tout le sera.

Première raison : Dominus actuum conjugalium. Molina.

Deuxième raison : Non potest compensari. Lessius.

Opposer non des maximes saintes, mais des abominables.

Bauny, brûleur de granges.

Mascarenhas, concile de Trente pour les prêtres en péché mortel, quam primum.

 

Mots-clés : Auteur graveContraireFemmeLessiusMariMolinaProbableRaison.