Fragment Misère n° 16 / 24 – Papier original :  RO 73-5

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Misère n° 96 p. 19 v° / C2 : p. 39

Éditions savantes : Faugère II, 132, XII / Havet XXV.85 / Brunschvicg 879 / Tourneur p. 186-1 / Le Guern 63 / Maeda III p. 112 / Lafuma 67 / Sellier 101

 

 

 

Injustice.

 

La juridiction ne se donne pas pour [le] juridiciant mais pour le juridicié. Il est dangereux de le dire au peuple. Mais le peuple a trop de croyance en vous, cela ne lui nuira pas et peut vous servir. Il faut donc le publier. Pasce oves meas, non tuas. Vous me devez pâture.

 

 

 

Ce fragment est un plaidoyer pour la bonne foi en politique, comme à la fois utile et bienfaisante. Les réflexions de Pascal sur les excès de la domination pontificale lui font considérer comme salutaire que l’on fasse savoir au peuple que l’autorité doit s’exercer en faveur des « juridiciés » et non en faveur des « juridiciants ». C’est une misère en l’homme que l’on considère souvent la vérité comme dangereuse : c’est sans doute ce qui explique le classement de ce fragment dans la liasse Misère.

Ce fragment doit être mis en opposition avec le précédent : alors que dans la politique de la société civile, il est effectivement dangereux de vouloir expliquer au peuple la nature des lois, dans l’Église, qui est fondée sur de tout autres principes, le danger est beaucoup moins effectif.

 

Pasce oves meas, non tuas : parole du Christ à saint Pierre pour instituer l’Église. Traduction : Pais mes brebis, non les tiennes.

 

Analyse détaillée...

Fragment connexe

 

Misère 15 (Laf. 66, Sel. 100). Injustice. Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes, car il n’y obéit qu’à cause qu’il les croit justes. C’est pourquoi il lui faut dire en même temps qu’il y faut obéir parce qu’elles sont lois, comme il faut obéir aux supérieurs non pas parce qu’ils sont justes, mais parce qu’ils sont supérieurs. Par là voilà toute sédition prévenue, si on peut faire entendre cela et que proprement (c’est) la définition de la justice.

 

Mots-clés : DroitJuridictionPeuplePâtureDangereux.