Fragment Transition n° 5 / 8  – Papier original : RO 63-6

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Transition n° 259 p. 99 v°-101 / C2 : p. 129

Éditions de Port-Royal : Chapitre XXIII - Grandeur de l’homme : 1669 et janv. 1670 p. 181 / 1678 n° 6 p. 177

Éditions savantes : Faugère II, 84, XII / Havet I.6 / Brunschvicg 347 / Tourneur p. 245-1 / Le Guern 186 / Lafuma 200 / Sellier 231

 

 

 

H. 3.

 

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser ; une vapeur, une goutte d’eau suffit pour le tuer. Mais quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui. L’univers n’en sait rien.

 

 

L’image célèbre du roseau pensant, déjà connue par le fragment Grandeur 9 (Laf. 113, Sel. 145), permet ici à Pascal de concentrer les paradoxes inhérents à la nature humaine, composée de faiblesse et de grandeur. Pascal ne cherche plus cependant, à cette étape de son ouvrage, à souligner l’incompatibilité des aspects de grandeur et de misère que l’on observe dans la nature humaine. C’est à présent un sentiment d’admiration qu’il tente de susciter chez le lecteur, devant le spectacle de cette nature incompréhensible, de manière à entraîner une transition à Dieu, seul capable de le comprendre.

Ce fragment doit être lu en continuité avec le suivant, Transition 6 (Laf. 200, Sel. 232), qui en constitue à la fois la conclusion et un élargissement.

 

Analyse détaillée...

Fragments connexes

 

Grandeur 9 (Laf. 113, Sel. 145). Roseau pensant. Ce n’est point de l’espace que je dois chercher ma dignité, mais c’est du règlement de ma pensée. Je n’aurai point d’avantage en possédant des terres. Par l’espace l’univers me comprend et m’engloutit comme un point, par la pensée je le comprends.

Transition 4 (Laf. 199, Sel. 230). Disproportion de l’homme.

Transition 6 (Laf. 200, Sel. 232). Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il faut nous relever, et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser. Voilà le principe de la morale.

Pensées diverses (Laf. 750, Sel. 622). Cromwell allait ravager toute la chrétienté ; la famille royale était perdue, et la sienne à jamais puissante sans un petit grain de sable qui se mit dans son uretère. Rome même allait trembler sous lui. Mais ce gravier s’étant mis là, il est mort, sa famille abaissée, tout en paix, et le roi rétabli.

Pensées diverses (Laf. 759, Sel. 628). Pensée fait la grandeur de l’homme.

 

Mots-clés : AvantageÉcraserFaiblesseGoutteHommeMourirNatureNoblesseRoseauPenséeSavoirTuerUniversVapeur.