Preuves par les Juifs VI  – Fragment n° 7 / 15 – Papier original : RO 442-10

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 59 p. 255 / C2 : p. 471

Éditions savantes : Faugère II, 389 / Havet XXIV.10 ter  / Brunschvicg 449 / Tourneur p. 325-1 / Le Guern 433 / Lafuma 467 (série XI) / Sellier 704

 

 

 

Ordre.

 

Après la corruption, dire : il est juste que tous ceux qui sont en cet état le connaissent, et ceux qui s’y plaisent, et ceux qui s’y déplaisent, mais il n’est pas juste que tous voient la rédemption.

 

 

Cette déclaration de Pascal a quelque chose de paradoxal, dans la mesure où la rédemption apportée par le Christ n’a de sens que pour arracher les hommes à l’état de corruption dans lequel le péché les a réduits. Comment peut-il être juste que les hommes connaissent leur condition misérable, mais non qu’ils voient la rédemption que le Christ leur apporte ? Ce fragment ne se comprend que par la doctrine augustinienne que défend Port-Royal.

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Misère 21 (Laf. 72, Sel. 106). Il faut se connaître soi-même. Quand cela ne servirait pas à trouver le vrai cela au moins sert à régler sa vie, et il n’y a rien de plus juste.

Loi figurative 24 (Laf. 269, Sel. 300). Il y en a qui voient bien qu’il n’y a pas d’autre ennemi de l’homme que la concupiscence qui les détourne de Dieu, et non pas des iniquités, ni d’autre bien que Dieu, et non pas une terre grasse. Ceux qui croient que le bien de l’homme est en sa chair et le mal en ce qui le détourne des plaisirs des sens, qu’ils s’en soûlent et qu’ils y meurent. Mais ceux qui cherchent Dieu de tout leur cœur, qui n’ont de déplaisir que d’être privés de sa vue, qui n’ont de désir que pour le posséder et d’ennemis que ceux qui les en détournent, qui s’affligent de se voir environnés et dominés de tels ennemis, qu’ils se consolent, je leur annonce une heureuse nouvelle ; il y a un libérateur pour eux ; je le leur ferai voir ; je leur montrerai qu’il y a un Dieu pour eux ; je ne le ferai pas voir aux autres. Je ferai voir qu’un Messie a été promis pour délivrer des ennemis, et qu’il en est venu un pour délivrer des iniquités, mais non des ennemis.

Miracles III (Laf. 911, Sel. 451). Jésus-Christ rédempteur de tous. Oui, car il a offert comme un homme qui a racheté tous ceux qui voudront venir à lui. Ceux qui mourront en chemin c’est leur malheur, mais quant à lui il leur offrait rédemption.

Cela est bon en cet exemple où celui qui rachète et celui qui empêche de mourir font deux, mais non pas en J.-C. qui fait l’un et l’autre. Non car Jésus-Christ en qualité de rédempteur n’est pas peut-être maître de tous, et ainsi en tant qu’il est en lui il est rédempteur de tous.

 

Mots-clés : ConnaîtreCorruptionDéplaireJusticeOrdrePlaireRédemption.