Pensées diverses I – Fragment n° 11 / 37 – Papier original : RO 145-1 r° / v°

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 93 p. 335  / C2 : p. 287

Éditions de Port-Royal : Chap. XXXI - Pensées diverses : 1669 et janvier 1670 p. 326 / 1678 n° 8 p. 320

Éditions savantes : Faugère I, 248, VI ; I, 250 note, XII / Havet VII.6 / Brunschvicg 47 et 371  / Tourneur p. 76-3 / Le Guern 478 / Lafuma 555 et 556  (série XXIII) / Sellier 464

 

Avertissement : nous présentons les textes barrés verticalement par Pascal sur un fond bleuté plus foncé.

 

 

Il y en a qui parlent bien et qui n’écrivent pas bien. C’est que le lieu, l’assistance les échauffe et tire de leur esprit plus qu’ils n’y trouvent sans cette chaleur.

 

Quand j’étais petit je serrais mon livre et parce qu’il m’arrivait quelquefois de… en croyant l’avoir serré je me défiais...

 

 

Deux notes, dont l’une est barrée. Pascal a conservé une observation relative à la rhétorique et à l’éloquence. Il a biffé celle qui peut passer pour un souvenir d’enfance, non parce qu’il la réprouvait, mais parce que, pour une raison ou une autre, il n’en avait plus l’usage (comme c’est le cas lorsque le texte est barré verticalement).

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Vanité 31 (Laf. 44, Sel. 78). Le ton de voix impose aux plus sages et change un discours et un poème de force.

Misère 13 (Laf. 64, Sel. 98). Mien, tien.

« Ce chien est à moi », disaient ces pauvres enfants. « C’est là ma place au soleil. » Voilà le commencement et l’image de l’usurpation de toute la terre.

Pensées diverses (Laf. 520, Sel. 453). J’ai passé longtemps de ma vie en croyant qu’il y avait une justice et en cela je ne me trompais pas, car il y en a selon que Dieu nous l’a voulu révéler, mais je ne le prenais pas ainsi et c’est en quoi je me trompais, car je croyais que notre justice était essentiellement juste, et que j’avais de quoi la connaître et en juger, mais je me suis trouvé tant de fois en faute de jugement droit, qu’enfin je suis entré en défiance de moi et puis des autres. J’ai vu tous les pays et hommes changeants. Et ainsi après bien des changements de jugement touchant la véritable justice j’ai connu que notre nature n’était qu’un continuel changement et je n’ai plus changé depuis. Et si je changeais je confirmerais mon opinion. Le pyrrhonien Arcésilas qui redevient dogmatique. (Texte barré verticalement)

 

Laf. 956, Sel. 791. Je me défie de cette doctrine car elle m’est trop douce, vu la malignité qu’on dit qui est en moi.

 

Mots-clés : Échauffer – Écrire – EspritLivreParler.