Pensées diverses II – Fragment n° 18 / 37 – Papier original : RO 8-2

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 108 p. 357  / C2 : p. 313

Éditions savantes : Faugère II, 260, XXVII / Havet XXV.156 / Brunschvicg 663 / Tourneur p. 90-3 / Le Guern 522 / Lafuma 615 (série XXIV) / Sellier 508

 

 

 

Figuratif.

 

Rien n’est si semblable à la charité que la cupidité et rien n’y est si contraire. Ainsi les Juifs, pleins des biens qui flattaient leur cupidité, étaient très conformes aux chrétiens et très contraires. Et par ce moyen ils avaient les deux qualités qu’il fallait qu’ils eussent, d’être très conformes au Messie, pour le figurer, et très contraires pour n’être point témoins suspects.

 

 

Pascal appuie sur le paradoxe de la ressemblance entre cupidité et charité, qu’il a utilisée en d’autres domaines (notamment la politique et la morale sociale), mais qui s’inscrit ici dans la suite de saint Augustin et de Jansénius, l’idée que les Juifs étaient à la fois destinés à annoncer prophétiquement le Messie et à en être des témoins insoupçonnables.

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Grandeur 14 (Laf. 118, Sel. 150). Grandeur de l’homme dans sa concupiscence même, d’en avoir su tirer un règlement admirable et en avoir fait un tableau de la charité.

Fausseté 8 (Laf. 210, Sel. 243). Tous les hommes se haïssent naturellement l’un l’autre. On s’est servi comme on a pu de la concupiscence pour la faire servir au bien public. Mais ce n’est que feindre et une fausse image de la charité, car au fond ce n’est que haine.

Fausseté 9 (Laf. 211, Sel. 244). On a fondé et tiré de la concupiscence des règles admirables de police, de morale, et de justice.

Mais dans le fond, ce vilain fond de l’homme, ce figmentum malum n’est que couvert. Il n’est pas ôté.

Preuves par les Juifs II (Laf. 452, Sel. 692). Ils portent avec amour et fidélité ce livre où Moïse déclare qu’ils ont été ingrats envers Dieu toute leur vie, qu’il sait qu’ils le seront encore plus après sa mort, mais qu’il appelle le ciel et la terre à témoin contre eux [...].

Il déclare qu’enfin Dieu, s’irritant contre eux, les dispersera parmi tous les peuples de la terre, que, comme ils l’ont irrité en adorant les dieux qui n’étaient point leurs dieux, de même il les provoquera en appelant un peuple qui n’est point son peuple, et veut que toutes ses paroles soient conservées éternellement et que son livre soit mis dans l’arche de l’alliance pour servir à jamais de témoin contre eux.

Prophéties V (Laf. 488, Sel. 734). Les Juifs en le tuant pour ne le point recevoir pour Messie, lui ont donné la dernière marque du Messie. Et en continuant à le méconnaître ils se sont rendus témoins irréprochables. Et en le tuant et continuant à le renier ils ont accompli les prophéties.

Pensées diverses (Laf. 614, Sel. 507). Figuratif.

Dieu s’est servi de la concupiscence des Juifs pour les faire servir à J.-C. qui portait le remède à la concupiscence.

 

Mots-clés : CharitéChrétienConcupiscenceContraireCupiditéFigureJuifsMessieTémoin.