Fragment Rabbinage n° 1 / 3  – Papier original : RO 202-2

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : Rabbinage n° 318 p. 141 / C2 : p. 171

Éditions savantes : Faugère II, 208, XXXII / Havet XXV.145 / Brunschvicg 635 / Tourneur p. 268-2 / Le Guern 260 / Lafuma 277 / Sellier 308

 

Avertissement : nous conservons les graphies et le genre des termes spécialisés relevés par Pascal sur le Pugio fidei.

 

 

Chronologie du rabbinisme.

 

Les citations des pages sont du livre Pugio.

-------

P. 27.

R. Hakadosch auteur du Mischna ou loi vocale ou seconde loi. An 200.

 

 

 

 

Commentaires

du Mischna

{

 

 

L’un Siphra.

-----

Barajetot.

-----      

Talmud hierosol.

 

Tosiphtot.

}

 

 

an 340.

-------

Bereschit Rabah, par R. Osaia Rabah, commentaire du Mischna.

Bereschit Rabah, Bar Nachmoni sont des discours subtils, agréables, historiques et théologiques.

Ce même auteur a fait des livres appelés Rabot.

-------

440.

Cent ans après le Talmud hieros. fut fait le Talmud babylonique par R. Ase, par le consentement universel de tous les Juifs qui sont nécessairement obligés d’observer tout ce qui y est contenu.

L’addition de R. Ase s’appelle Gemara c’est‑à‑dire le commentaire du Mischna.

Et le Talmud comprend ensemble le Mischna et le Gemara.

 

 

 

R. Hakadosch ou Osaia Rabah : R. signifie Rabbi ; lire Rabbi Hakadosch, Rabbi Osaia Rabah, Rabbi Ase.

Talmud hierosol. ou hieros. : lire Talmud hierosolymite, c’est-à-dire jérusalémite ou de Jérusalem.

 

Pour s’initier à l’histoire de l’exégèse rabbinique, Pascal utilise l’ancien ouvrage du dominicain espagnol du XIIIe siècle Raymond Martin, le Pugio fidei adversus Judaeos et Mauros. Il est allé à ce que la documentation pouvait lui fournir de meilleur en son temps. On le voit ici tenter d’assimiler la chronologie des écrits du Talmud, en vue de mieux comprendre l’histoire spirituelle des Juifs après la venue de Jésus-Christ. L’état du manuscrit montre qu’il n’en est pas encore à comprendre le contenu des textes talmudiques, mais qu’il cherche surtout à en saisir l’architecture d’ensemble. La clarté avec laquelle il prend ses notes est frappante, lorsque l’on connaît la complexité du problème.

 

Analyse détaillée...

Fragments connexes

 

Rabbinage 2 (Laf. 278, Sel. 309).

Rabbinage 3 (Sel. 310).

Prophéties I (Laf. 483, Sel. 718). Citation du Talmud d’après le Pugio fidei.

Pensées diverses (Laf. 593, Sel. 493). Les Juifs le refusent mais non pas tous; les saints le reçoivent et non les charnels, et tant s’en faut que cela soit contre sa gloire que c’est le dernier trait qui l’achève. Comme la raison qu’ils en ont et la seule qui se trouve dans tous leurs écrits, dans le Talmud et dans les rabbins, n’est que parce que Jésus-Christ n’a pas dompté les nations en main armée. Gladium tuum potentissime. N’ont-ils que cela à dire ? Jésus-Christ a été tué, disent-ils, il a succombé, il n’a pas dompté les païens par sa force. Il ne nous a pas donné leurs dépouilles. Il ne donne point de richesses, n’ont-ils que cela à dire ? C’est en cela qu’il m’est aimable. Je ne voudrais pas celui qu’ils se figurent. Il est visible que ce n’est que le vice qui leur a empêché de le recevoir et par ce refus ils sont des témoins sans reproche, et qui plus est par là ils accomplissent les prophéties.

 

Mots-clés : AseBarajetotBar NachmoniBereschitChronologieCitationCommentaireGemaraHakadoschHistoireJérusalemJuifLivreLoiMischnaOsaiaPugio fideiRabbinismeSiphraTalmudThéologieTosiphtotVocal.