Géométrie-Finesse II – Fragment n° 1 / 2 – Papier original : RO 405-1 et 406-1

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 83 p. 321 à 323  / C2 : p. 401 à 403

Éditions de Port-Royal : Chap. XXXI - Pensées diverses : 1669 et janvier 1670 p. 319-323 / 1678 n° 2 p. 314-318

Éditions savantes : Faugère I, 149 / Havet VII.2 bis / Brunschvicg 1 / Tourneur p. 63 / Le Guern 466 / Lafuma 512 (série XXII) / Sellier 670

 

 

 

Différence entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse.

 

En l’un les principes sont palpables mais éloignés de l’usage commun, de sorte qu’on a peine à tourner la tête de ce côté‑là, manque d’habitude. Mais pour peu qu’on l’y tourne, on voit les principes à plein, et il faudrait avoir tout à fait l’esprit faux pour mal raisonner sur des principes si gros qu’il est presque impossible qu’ils échappent.

Mais dans l’esprit de finesse les principes sont dans l’usage commun et devant les yeux de tout le monde. On n’a que faire de tourner la tête ni de se faire violence, il n’est question que d’avoir bonne vue. Mais il faut l’avoir bonne, car les principes sont si déliés et en si grand nombre, qu’il est presque impossible qu’il n’en échappe. Or l’omission d’un principe mène à l’erreur. Ainsi il faut avoir la vue bien nette pour voir tous les principes, et ensuite l’esprit juste pour ne pas raisonner faussement sur des principes connus.

Tous les géomètres seraient donc fins s’ils avaient la vue bonne, car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu’ils connaissent. Et les esprits fins seraient géomètres s’ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie.

Ce qui fait donc que de certains esprits fins ne sont pas géomètres, c’est qu’ils ne peuvent du tout se tourner vers les principes de géométrie. Mais ce qui fait que des géomètres ne sont pas fins, c’est qu’ils ne voient pas ce qui est devant eux et qu’étant accoutumés aux principes nets et grossiers de géométrie, et à ne raisonner qu’après avoir bien vu et manié leurs principes, ils se perdent dans les choses de finesse où les principes ne se laissent pas ainsi manier. On les voit à peine, on les sent plutôt qu’on ne les voit, on a des peines infinies à les faire sentir à ceux qui ne les sentent pas d’eux‑mêmes. Ce sont choses tellement délicates, et si nombreuses, qu’il faut un sens bien délicat et bien net pour les sentir et juger droit et juste selon ce sentiment, sans pouvoir le plus souvent le démontrer par ordre comme en géométrie, parce qu’on n’en possède pas ainsi les principes, et que ce serait une chose infinie de l’entreprendre. Il faut tout d’un coup voir la chose d’un seul regard, et non pas par progrès de raisonnement, au moins jusqu’à un certain degré. Et ainsi il est rare que les géomètres soient fins et que les fins soient géomètres, à cause que les géomètres veulent traiter géométriquement ces choses fines et se rendent ridicules, voulant commencer par les définitions et ensuite par les principes, ce qui n’est pas la manière d’agir en cette sorte de raisonnement. Ce n’est pas que l’esprit ne le fasse mais il le fait tacitement, naturellement et sans art, car l’expression en passe tous les hommes, et le sentiment n’en appartient qu’à peu d’hommes.

Et les esprits fins au contraire, ayant ainsi accoutumé à juger d’une seule vue, sont si étonnés quand on leur présente des propositions où ils ne comprennent rien, et où pour entrer il faut passer par des définitions et des principes si stériles, qu’ils n’ont point accoutumé de voir ainsi en détail, qu’ils s’en rebutent et s’en dégoûtent.

Mais les esprits faux ne sont jamais ni fins ni géomètres.

Les géomètres qui ne sont que géomètres ont donc l’esprit droit, mais pourvu qu’on leur explique bien toutes choses par définitions et principes ; autrement ils sont faux et insupportables, car ils ne sont droits que sur les principes bien éclaircis.

Et les fins qui ne sont que fins ne peuvent avoir la patience de descendre jusque dans les premiers principes des choses spéculatives et d’imagination qu’ils n’ont jamais vues dans le monde, et tout à fait hors d’usage.

 

 

Le fragment précédent, Géométrie-Finesse I, comparait l’esprit de géométrie et l’esprit de justesse. Pascal oppose ici à l’esprit de géométrie l’esprit de finesse, distinction qui est devenue plus célèbre que la précédente. Il ne faudrait pas la confondre avec l’opposition que l’on fait aujourd’hui entre esprits « littéraires » et esprits « scientifiques » : elle est beaucoup plus complexe, car malgré les différences qui les séparent, ces deux esprits sont selon Pascal de même structure.

Aussi la construction de ce texte est-elle particulièrement subtile : le fragment porte explicitement dans son titre l’idée de la différence des deux formes d’esprit de géométrie et de finesse. Mais son déroulement montre en même temps qu’elle s’inscrit dans une communauté de fond. Cette technique est habituelle à Pascal : on la retrouve par exemple dans le fragment Preuves de Jésus-Christ 11 (Laf. 308, Sel. 339), où il souligne très clairement l’écart infini qui sépare les trois ordres les uns des autres, mais en parle en soulignant que ces ordres ont tous la même structure, de sorte qu’ils sont figures les uns des autres. Les deux aspects sont solidaires, et ne doivent pas être envisagés séparément.

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Misère 6 (Laf. 58, Sel. 91). Tyrannie.

Grandeur 6 (Laf. 110, Sel. 142), sur le cœur.

Preuves de Jésus-Christ 11 (Laf. 308, Sel. 339), sur les trois ordres.

Géométrie-Finesse I (Laf. 511, Sel. 669).

Géométrie-Finesse II (Laf. 513, Sel. 671).

 

Mots-clés : ArtComprendreDéfinitionDélicatesseDifférenceErreurEspritFauxFinesseGéométrieHabitudeInfiniJusteNaturelNombrePrincipeRaisonnementRidiculeSentimentUsageVoir.