Prophéties IV   – Papier original : huit feuillets probablement découpés en 14 papiers post mortem

RO 339-2, RO 301-1, 301-2, 301-3, 303-1, 303-2, 305-1, 305-2, 305-3, 305-4, 307-1, 307-2, 307-3, RO 309-1

Copies manuscrites du XVIIe s. : C1 : n° 70 p. 279 à 283  / C2 : p. 499 à 503 v°

Éditions savantes : Faugère II, 291, XXVI / Havet XXV.168 / Michaut 585 / Brunschvicg 682 / Tourneur p. 335 / Le Guern 451 / Lafuma 486 (série XV) / Sellier 721 à 733

 

 

 

Is., 1, 21.

Changement de bien en mal et vengeance de Dieu.

-------

Is., 10, 1.

Vae qui condunt leges iniquas.

 

Is., 26, 20.

Vade, populus meus, intra in cubicula tua, claude ostia tua super te. Abscondere modicum ad momentum donec pertranseat indignatio.

-------

Is., 28, 1.

Vae coronae superbiae.

-------

Miracles.

Is., [3]3, 9.

Luxit et elanguit terra, confusus est Libanus et obsorduit, etc. 

Nunc consurgam, dicit Dominus, nunc exaltabor, nunc sublevabor.

-------

Is., 40, 17.

Omnes gentes quasi non sint.

-------

Is., 41, 26.

Quis annuntiavit ab exordio ut sciamus, et a principio ut dicamus : Justus es ?

-------

Is., 43, 13.

Operabor et quis avertet illud.

 

Jér., 11, 21.

Non prophetabis in nomine Domini et non morieris in manibus nostris.

Propterea haec dicit Dominus

 

Jér., 15, 2.

Quod si dixerint ad te : Quo egrediemur ? dices ad eos : Haec dicit Dominus : Qui ad mortem ad mortem, et qui ad gladium ad gladium, et qui ad famem ad famem, et qui ad captivitatem ad captivitatem.

 

Jér., 17, 9.

Pravum est cor omnium et inscrutabile : quis cognoscet illud ? (C’est‑à‑dire qui en connaîtra toute la malice ? Car il est déjà connu qu’il est méchant).

Ego Dominus scrutans cor et probans renes.

 

Et dixerunt : Venite et cogitemus contra Jeremiam cogitationes. Non enim peribit lex a sacerdote neque sermo a propheta.

 

Jér., 17, 17.

Non sis tu mihi formidini, tu spes mea in die afflictionum.

 

Fiance aux sacrements extérieurs.

Jér., 7, 14.

Faciam domui huic in qua invocatum est nomen meum et in qua vos habetis fiduciam et loco quem dedi vobis et patribus vestris sicut feci Silo.

 

Tu ergo noli orare pro populo hoc.

 

L’essentiel n’est pas le sacrifice extérieur.

Jér., 7, 22.

Quia non sum locutus cum patribus vestris et non praecepi eis, in die qua eduxi eos de terra Egypti, de verbo holocautomatum et victimarum.

Sed hoc verbum praecepi eis, dicens : Audite vocem meam et ero vobis Deus et vos eritis mihi populus et ambulate in omni via quam mandavi vobis, ut bene sit vobis, et non audierunt.

 

Multitude de doctrines.

Jér., 11, 13.

Secundum numerum enim civitatum tuarum erant dei tui, Juda, et secundum numerum viarum Jerusalem posuisti aram confusionis.

 

Tu ergo noli orare pro populo hoc.

 

Is., 44, 20.

Neque dicet : forte mendacium est in dextera mea.

-------

44, 21,etc.

Memento horum Jacob et Israël quoniam servus meus es tu. Formavi te, servus meus es tu, Israël ne obliviscaris mei.

Delevi ut nubem iniquitates tuas, et quasi nebulam peccata tua. Revertere ad me, quoniam redemi te.

-------

44, 23-24.

Laudate caeli quoniam misericordiam fecit Dominus... quoniam redemit Dominus Jacob, et Israël gloriabitur. Haec dicit Dominus, redemptor tuus et formator tuus ex utero : Ego sum Dominus, faciens omnia, extendens caelos solus, stabiliens terram, et nullus mecum.

-------

Is., 54, 8.

In momento indignationis abscondi faciem meam parumper a te et in misericordia sempiterna misertus sum tui, dixit redemptor tuus Dominus.

-------

Is., 63, 12.

Qui eduxit ad dexteram Moysen bracchio majestatis suae, qui scidit aquas ante eos ut faceret sibi nomen sempiternum.

-------

14.

Sic adduxisti populum tuum ut faceres tibi nomen gloriae.

-------

Is., 63, 16.

Tu enim Pater noster et Abraham nescivit nos, et Israël ignoravit nos.

-------

Is., 63, 17.

Quare indurasti cor nostrum ne timeremus te ?

-------

Is., 66. 17.

Qui sanctificabantur et mundos se putabant... simul consumentur, dicit Dominus.

-------

Jér., 2, 35.

Et dixisti : Absque peccato et innocens ego sum. Et propterea avertatur furor tuus a me.

Ecce ego judicio contendam tecum, eo quod dixeris : Non peccavi.

-------

Jér., 4, 22.

Sapientes sunt ut faciant mala, bene autem facere nescierunt.

 

Jér., 4, 23, etc.

Aspexi terram et ecce vacua erat et nihili, et caelos, et non erat lux in eis.

Vidi montes et ecce movebantur et omnes colles conturbati sunt. Intuitus sum et non erat homo et omne volatile caeli recessit. Aspexi et ecce Carmelus desertus et omnes urbes ejus destructae sunt a facie Domini et a facie irae furoris ejus.

 

Haec enim dicit Dominus : Deserta erit omnis terra sed tamen consummationem non faciam.

 

Jér., 5, 4.

Ego autem dixi : Forsitan pauperes sunt et stulti ignorantes viam Domini, judicium Dei sui.

Ibo ad optimates et loquar eis. Ipsi enim cognoverunt viam Domini.

Et ecce magis hi simul confregerunt jugum, ruperunt vincula.

Idcirco percussit eos leo de silva, pardus vigilans super civitates eorum.

 

Jér., 5, 29.

Numquid super his non visitabo, dicit Dominus, aut super gentem hujuscemodi non ulciscetur anima mea ?

-------

Jér., 5, 30.

Stupor et mirabilia facta sunt in terra.

Prophetae prophetabant mendacium et sacerdotes applaudebant manibus, et populus meus dilexit talia. Quid igitur fiet in novissimo ejus ?

 

Jér., 6, 16.

Haec dicit Dominus : State super vias, et videte et interrogate de semitis antiquis, quae sit via bona et ambulate in ea, et invenietis refrigerium animabus vestris, et dixerunt : Non ambulabimus.

Et constitui super vos speculatores : audite vocem tubae, et dixerunt : Non audiemus.

Audite gentes quanta ego faciam eis. Audi terra, ecce ego adducam mala, etc.

 

 

Jér., 23, 15.

A prophetis enim Jerusalem egressa est pollutio super omnem terram.

 

Jér., 23, 17.

Dicunt his qui blasphemant me : Locutus est Dominus pax erit vobis, et omni qui ambulat in pravitate cordis sui dixerunt : Non veniet super vos malum.

 

 

Ce texte est composé de citations extraites des livres d’Isaïe et de Jérémie, pris de la Vulgate. Pascal se contente de transcrire des passages en latin, sans entamer le travail de traduction. Seules quelques indications permettent de saisir les critères de sélection de ces passages. Ce papier présente l’intérêt de mettre en lumière la technique très méthodique de Pascal dans la recherche de textes pour l’éventuel emploi comme citations. Le dépouillement est effectué systématiquement au fil du texte. Le corpus retenu est sélectif : Pascal ne s’astreint pas nécessairement à retenir les versets entiers ; il coupe en fonction du sens dont il a besoin. Il ne s’agit donc pas d’un recueil brut : la pensée est déjà présente dans les titres et dans le découpage des citations. On reconnaît, dans les indications des références et l’inscription d’expressions clés, une manière de préparer les rédactions ultérieures analogue à celle des Écrits sur la grâce ; voir OC III, éd. J. Mesnard, p. 737-745, sur le Discours sur la possibilité des commandements. L’usage que Pascal projetait de faire de ces textes est difficile à déterminer : certains passages d’Isaïe paraissent proches des Écrits sur la grâce ; mais ceux qui, chez Isaïe et chez Jérémie, touchent la corruption du peuple, des princes et des prêtres suggèrent la possibilité d’un rapprochement avec les polémiques contre les jésuites. Trois citations au moins sont reprises dans le Projet de mandement contre l’Apologie pour les casuistes, composé par Pascal (voir Provinciales, éd. Cognet, Garnier, 1983, p. 464-468). On peut cependant remarquer que ces extraits ont pour la plupart trait à la colère de Dieu devant les égarements de son peuple. Mais comme, ainsi que l’indiquent le Projet de mandement et les notes de la Bible de Port-Royal, c’est « une règle qu’on doit suivre, selon saint Jérôme, de regarder tous les prophètes comme ayant figuré Jésus-Christ dans la plupart de leurs actions », ces citations se prêtent aussi bien à une réflexion sur certains épisodes de l’histoire d’Israël qu’à la recherche de textes à employer dans les polémiques contre les jésuites.

Sur les problèmes que pose la restitution de l’ordre génétique de ces notes sur Isaïe et Jérémie, le lecteur se reportera à l’étude de l’ordre des feuillets dans le dossier de description des papiers originaux.

 

Traduction des textes latins (NB : les traductions sont celles de la Bible de Port-Royal) :

Vae qui condunt leges iniquas (Isaïe, X, 1) : « Malheur à ceux qui établissent des lois d’iniquité ».

Vade, populus meus, intra in cubicula tua, claude ostia tua super te. Abscondere modicum ad momentum donec pertranseat indignatio (Isaïe, XXVI, 20) : « Allez, mon peuple, entrez dans le secret de votre chambre ; fermez vos portes sur vous, et tenez-vous un peu caché pour un moment, jusqu’à ce que la colère soit passée ».

Vae coronae superbiae (Isaïe, XXVIII, 1) : « Malheur à la couronne d’orgueil ».

Luxit et elanguit terra, confusus est Libanus et obsorduit, etc. (Isaïe, XXXIII, 9) : « La terre est dans les pleurs et dans la langueur ; le Liban est dans la confusion et dans un état affreux ».

Nunc consurgam, dicit Dominus, nunc exaltabor, nunc sublevabor (Isaïe, XXXIII, 10) : « Je me lèverai maintenant, dit le Seigneur ; je signalerai ma grandeur, je ferai éclater ma puissance. »

Omnes gentes quasi non sint (Isaïe, XL, 17) : « Tous les peuples du monde sont devant lui comme s’ils n’étaient point ».

Quis annuntiavit ab exordio ut sciamus, et a principio ut dicamus : Justus es ? (Isaïe, XLI, 26) : « Qui nous a annoncé ces choses, dès le commencement, afin que nous le connaissions ? Qui les a prédites, afin que nous lui disions : Vous êtes juste ? ».

Operabor et quis avertet illud (Isaïe, XLIII, 13) : « Quand j’ai résolu d’agir, qui pourra s’y opposer ? »

Neque dicet : forte mendacium est in dextera mea (Isaïe, XLIV, 20) : « Et il ne pense point à tirer son âme de l’égarement où elle est, disant : certainement cet ouvrage de mes mains n’est qu’un mensonge ».

Memento horum Jacob et Israël quoniam servus meus es tu. Formavi te, servus meus es tu, Israël ne obliviscaris mei (Isaïe, XLIV, 21) : « Souvenez-vous de ceci Jacob, et Israël, parce que vous êtes mon serviteur. C’est moi qui vous ai créé, Israël ; vous êtes mon serviteur, ne m’oubliez point. »

Delevi ut nubem iniquitates tuas, et quasi nebulam peccata tua. Revertere ad me, quoniam redemi te (Isaïe, XLIV, 22) : « J’ai effacé vos iniquités comme une nuée qui passe, et vos péchés comme un nuage : revenez à moi, parce que je vous ai racheté. »

Laudate caeli quoniam misericordiam fecit Dominus... quoniam redemit Dominus Jacob, et Israël gloriabitur. Haec dicit Dominus, redemptor tuus et formator tuus ex utero : Ego sum Dominus, faciens omnia, extendens caelos solus, stabiliens terram, et nullus mecum (Isaïe, XLIV, 23-24) : « Cieux, louez le Seigneur, parce qu’il a fait miséricorde : [...] parce que le Seigneur a racheté Jacob, et qu’il a établi sa gloire dans Israël. 24. Voici ce que dit le Seigneur, qui vous a racheté, et qui vous a formé dans le sein de votre mère : Je suis le Seigneur qui fais toutes choses, c’est moi seul qui ai étendu les cieux, et personne ne m’a aidé quand j’ai affermi la terre »

In momento indignationis abscondi faciem meam parumper a te et in misericordia sempiterna misertus sum tui, dixit redemptor tuus Dominus (Isaïe, LIV, 8) : « J’ai détourné mon visage de vous pour un moment, dans le temps de ma colère ; mais je vous ai regardée ensuite avec une compassion qui ne finira jamais, dit le Seigneur qui vous a rachetée. »

Qui eduxit ad dexteram Moysen bracchio majestatis suae, qui scidit aquas ante eos ut faceret sibi nomen sempiternum (Isaïe, LXIII, 12) : « Qui a pris Moïse par la main droite, et l’a soutenu par le bras de sa majesté ? qui a divisé les flots devant eux pour s’acquérir un nom éternel ? »

Sic adduxisti populum tuum ut faceres tibi nomen gloriae (Isaïe, LXIII, 14) : « c’est ainsi, Seigneur, que vous vous êtes rendu le guide de votre peuple, pour signaler à jamais la gloire de votre nom ».

Tu enim Pater noster et Abraham nescivit nos, et Israël ignoravit nos (Isaïe, LXIII, 16) : « Car c’est vous qui êtes notre père ; Abraham ne nous connaît point, Israël ne sait qui nous sommes ».

Quare indurasti cor nostrum ne timeremus te ? (Isaïe, LXIII, 17) : « Seigneur, [...] pourquoi avez-vous endurci notre cœur jusqu’à perdre votre crainte ? »

Qui sanctificabantur et mundos se putabant... simul consumentur, dicit Dominus (Isaïe, LXVI, 17) : « Ceux qui croyaient se sanctifier et se rendre purs [...], périront tous ensemble, dit le Seigneur ».

Et dixisti : Absque peccato et innocens ego sum. Et propterea avertatur furor tuus a me. Ecce ego judicio contendam tecum, eo quod dixeris : Non peccavi (Jérémie, II, 35) : « Et cependant vous avez dit : Je suis sans péché, je suis innocent ; que votre fureur s’éloigne de moi. Je m’en vais donc entrer en jugement avec vous, puisque vous dites : Je n’ai point péché. »

Sapientes sunt ut faciant mala, bene autem facere nescierunt (Jérémie, IV, 22) : « Ils sont sages pour faire le mal, et ils n’ont point d’intelligence pour faire le bien. »

Aspexi terram et ecce vacua erat et nihili, et caelos, et non erat lux in eis. Vidi montes et ecce movebantur et omnes colles conturbati sunt. Intuitus sum et non erat homo et omne volatile caeli recessit. Aspexi et ecce Carmelus desertus et omnes urbes ejus destructae sunt a facie Domini et a facie irae furoris ejus (Jérémie, IV, 23-26) : « J’ai regardé la terre, et je n’y ai trouvé qu’un vide et qu’un néant ; j’ai considéré les cieux, et ils étaient sans lumière. 24. J’ai vu les montagnes, et elles tremblaient ; j’ai vu les collines et elles étaient toutes ébranlées. 25. J’ai jeté les yeux de toutes parts, et je n’ai point trouvé d’homme. Et tous les oiseaux mêmes du ciel s’étaient retirés. 26. J’ai vu les campagnes les plus fertiles changées en un désert, et toutes les villes détruites devant la face du Seigneur, et par le souffle de sa colère. »

Haec enim dicit Dominus : Deserta erit omnis terra sed tamen consummationem non faciam (Jérémie, IV, 27) : « Car voici ce que dit le Seigneur : Toute la terre sera déserte ; et néanmoins je ne la perdrai pas entièrement ».

Ego autem dixi : Forsitan pauperes sunt et stulti ignorantes viam Domini, judicium Dei sui. Ibo ad optimates et loquar eis. Ipsi enim cognoverunt viam Domini. Et ecce magis hi simul confregerunt jugum, ruperunt vincula. Idcirco percussit eos leo de silva, pardus vigilans super civitates eorum (Jérémie, V, 4-6) : « Pour moi, je disais : Il n’y a peut-être que les pauvres qui soient sans sagesse, qui ignorent la voie du Seigneur, et les ordonnances de leur Dieu. 5. J’irai donc trouver les princes du peuple, et je leur parlerai. Car ce sont ceux-là qui connaissent la voie du Seigneur et les ordonnances de leur Dieu. Mais j’ai trouvé que ceux-là ont conspiré tous ensemble avec encore plus de hardiesse pour briser le joug du Seigneur, et rompre ses liens. 6. C’est pourquoi le lion de la forêt les dévorera, [...] le léopard tiendra toujours les yeux ouverts sur leurs villes ».

Numquid super his non visitabo, dicit Dominus, aut super gentem hujuscemodi non ulciscetur anima mea ? (Jérémie, V, 29) : « « Ne punirai-je point ces excès, dit le Seigneur, et ne me vengerai-je point d’une nation si criminelle ? »

Stupor et mirabilia facta sunt in terra. Prophetae prophetabant mendacium et sacerdotes applaudebant manibus, et populus meus dilexit talia. Quid igitur fiet in novissimo ejus ? (Jérémie, V, 30-31) : « Il s’est fait sur la terre des choses étranges, et qu’on ne peut écouter qu’avec le dernier étonnement. 31. Les prophètes débitaient des mensonges comme des prophéties ; les prêtres les applaudissaient, et mon peuple y trouvait son plaisir. Quelle sera donc enfin la punition que je lui réserve ? »

Haec dicit Dominus : State super vias, et videte et interrogate de semitis antiquis, quae sit via bona et ambulate in ea, et invenietis refrigerium animabus vestris, et dixerunt : Non ambulabimus. Et constitui super vos speculatores : audite vocem tubae, et dixerunt : Non audiemus. Audite gentes quanta ego faciam eis. Audi terra, ecce ego adducam mala, etc. (Jérémie, VI, 16-19) : « « Voici ce que dit le Seigneur : Tenez-vous sur les voies, considérez et demandez quels sont les anciens sentiers pour connaître la bonne voie ; et marchez-y, et vous trouverez la paix et le rafraîchissement de vos âmes. Mais ils m’ont répondu : Nous n’y marcherons point. 17. J’ai établi des sentinelles sur vous, et je vous ai dit : Écoutez le bruit de la trompette : Et ils ont répondu : Nous ne l’écouterons point. 18. C’est pourquoi écoutez nations, écoutez peuples assemblés, avec quelle rigueur je les veux punir. 19. Terre, écoutez-moi : Je m’en vais faire fondre toutes sortes de maux... »

Faciam domui huic in qua invocatum est nomen meum et in qua vos habetis fiduciam et loco quem dedi vobis et patribus vestris sicut feci Silo. Tu ergo noli orare pro populo hoc (Jérémie, VII, 14 et 16) : « Je traiterai cette maison où mon nom a été invoqué, en laquelle vous mettez toute votre confiance, et ce lieu que je vous ai donné après l’avoir donné à vos pères, comme j’ai traité Silo. 16. Vous donc Jérémie n’entreprenez point d’intercéder pour ce peuple ».

Quia non sum locutus cum patribus vestris et non praecepi eis, in die qua eduxi eos de terra Egypti, de verbo holocautomatum et victimarum. Sed hoc verbum praecepi eis, dicens : Audite vocem meam et ero vobis Deus et vos eritis mihi populus et ambulate in omni via quam mandavi vobis, ut bene sit vobis, et non audierunt (Jérémie, VII, 22-24) : « Car je n’ai point ordonné à vos pères, au jour que je les ai tirés de l’Égypte, de m’offrir des holocaustes et des victimes ; 23. mais voici le commandement que je leur ai fait : Écoutez ma parole, et je serai votre Dieu, et vous serez mon peuple ; et marchez dans toutes les voies que je vous prescrirai, afin que vous soyez comblés de biens. 24. Et après cela, ils ne m’ont point écouté ».

Secundum numerum enim civitatum tuarum erant dei tui, Juda, et secundum numerum viarum Jerusalem posuisti aram confusionis. Tu ergo noli orare pro populo hoc (Jérémie, XI, 13-14) : « « Car pour vous, Juda, vous avez eu autant de dieux différents que de villes ; et vous, ô Jérusalem, vous n’avez point eu de rue qui n’eût son autel de confusion, son autel pour sacrifier à Baal. 14. Vous donc, ô Jérémie, n’entreprenez point d’intercéder pour ce peuple ».

Non prophetabis in nomine Domini et non morieris in manibus nostris. Propterea haec dicit Dominus (Jérémie, XI, 21-22) : « C’est pourquoi voici ce que dit le Seigneur aux habitants d’Anathoth, qui cherchent à m’ôter la vie, et qui disent : Ne prophétisez point au nom du Seigneur, de peur que vous ne mouriez de notre main. 22. Voici donc ce que dit le Seigneur des armées ».

Quod si dixerint ad te : Quo egrediemur ? dices ad eos : Haec dicit Dominus : Qui ad mortem ad mortem, et qui ad gladium ad gladium, et qui ad famem ad famem, et qui ad captivitatem ad captivitatem (Jérémie, XV, 2) : « Que s’ils vous disent : Où irons-nous ? vous leur direz : Voici ce que dit le Seigneur. Qui est destiné à mourir, meure ; qui à périr par l’épée, périsse par l’épée ; qui à périr par la famine, périsse par la famine ; qui à aller en captivité aille en captivité. »

Pravum est cor omnium et inscrutabile : quis cognoscet illud ? Ego Dominus scrutans cor et probans renes (Jérémie, XVII, 9-10) : « Le cœur de tous les hommes est corrompu, il est impénétrable ; qui pourra le connaître ? 10. C’est moi qui suis le Seigneur, qui sonde les cœurs, et qui éprouve les reins. »

Et dixerunt : Venite et cogitemus contra Jeremiam cogitationes. Non enim peribit lex a sacerdote neque sermo a propheta (Jérémie, XVIII, 18) : « Et ils ont dit : Venez, formons des desseins contre Jérémie ; car nous ne laisserons pas de trouver sans lui des prêtres qui nous instruisent de la loi [...], et des prophètes qui nous annoncent la parole du Seigneur. »

Non sis tu mihi formidini, tu spes mea in die afflictionum (Jérémie, XVII, 17) : « Ne me devenez point un sujet de crainte, puisque c’est vous qui êtes mon espérance au jour de l’affliction. »

A prophetis enim Jerusalem egressa est pollutio super omnem terram (Jérémie, XXIII, 15) : « la corruption s’est répandue des prophètes de Jérusalem sur toute la terre. »

Dicunt his qui blasphemant me : Locutus est Dominus pax erit vobis, et omni qui ambulat in pravitate cordis sui dixerunt : Non veniet super vos malum (Jérémie, XXIII, 17) : « Ils disent à ceux qui me blasphèment : Le Seigneur l’a dit : Vous aurez la paix ; et à tous ceux qui marchent dans la corruption de leur cœur : Il ne vous arrivera point de mal. »

 

Analyse détaillée...

 

Fragments connexes

 

Grandeur 9 (Laf. 113, Sel. 145). Roseau pensant.

Ce n’est point de l’espace que je dois chercher ma dignité, mais c’est du règlement de ma pensée. Je n’aurai point d’avantage en possédant des terres. Par l’espace l’univers me comprend et m’engloutit comme un point, par la pensée je le comprends.

Transition 4 (Laf. 199, Sel. 230).

Loi figurative 23 (Laf. 268, Sel. 299). Figures.

Voilà le chiffre que saint Paul nous donne.

La lettre tue.

Tout arrivait en figures.

Circoncision du cœur, vrai jeûne, vrai sacrifice, vrai temple : les prophètes ont indiqué qu’il fallait que tout cela fût spirituel.

Non la viande qui périt, mais celle qui ne périt point.

Loi figurative 25 (Laf. 270, Sel. 301). Le monde ayant vieilli dans ces erreurs charnelles. Jésus-Christ est venu dans le temps prédit, mais non pas dans l’éclat attendu, et ainsi ils n’ont pas pensé que ce fût lui. Après sa mort saint Paul est venu apprendre aux hommes que toutes ces choses étaient arrivées en figure, que le royaume de Dieu ne consistait pas en la chair, mais en l’esprit, que les ennemis des hommes n’étaient pas leurs Babyloniens, mais leurs passions, que Dieu ne se plaisait pas aux temples faits de main, mais en un cœur pur et humilié, que la circoncision du corps était inutile, mais qu’il fallait celle du cœur, que Moïse ne leur avait pas donné le pain du ciel, etc.

Preuves de Jésus-Christ 15 (Laf. 312, Sel. 343). Prodita lege.

Impleta cerne.

Implenda collige.

Prophéties VI (Laf. 489, Sel. 735). Prophéties preuves de divinité.

Is. 41.

Si vous êtes des dieux approchez, annoncez-nous les choses futures, nous inclinerons notre cœur à vos paroles. Apprenez-nous les choses qui ont été au commencement et prophétisez-nous celles qui doivent arriver.

Par là nous saurons que vous êtes des dieux ; faites le bien ou le mal si vous le pouvez. Voyons donc et raisonnons ensemble.

Mais vous n’êtes rien, vous n’êtes qu’abomination, etc.

Qui d’entre vous nous instruit, par des auteurs contemporains, des choses faites dès le commencement et l’origine, afin que nous lui disions : vous êtes le juste. Il n’y en a aucun qui nous apprenne, ni qui prédise l’avenir.

Miracles III (Laf. 877, Sel. 441). Est et non est : sera-t-il reçu dans la foi même aussi bien que dans la morale, s’il est si inséparable dans les actions.

Juges injustes, ne faites pas de ces lois sur l’heure ; jugez par celles qui sont établies, et établies par vous-mêmes.

Vae qui conditis leges iniquas.

Pour affaiblir vos adversaires vous désarmez toute l’Église.

 

Mots-clés : AbrahamBienBlasphèmeCœurColèreCommencementCouronneDieuDoctrineEnfantFureurGloireGrandeurHolocausteIsaïeIsraëlJérémieJérusalemJugementJusteLéopardLoiLoupMalMensongeMiséricordeMoïseMortMultitudeNéantOrgueilPeuplePrêtreProphèteRaisonRédempteurSacrementSeigneurSiloTerreVengeanceVictime.